Du temps de jeu…

Du temps de qualité… Nous entendons souvent cette expression qui porte une aura de reproche. Passer du temps de qualité avec les siens, n’est-ce pas ce que nous avons le plus de difficulté à faire dans ce quotidien rempli à craquer d’horaires, d’obligations et d’engagements? La garde partagée nous presse souvent le citron à cet effet. Le temps passé avec nos enfants se compte en journées et nous désirons que celles-ci soient maximisées en moments précieux. Ces instants où nous profitons pleinement du plaisir d’être ensemble, tout simplement.  Et il existe un moyen infaillible de s’arrêter pour s’amuser en famille: les jeux de société!

Que ce soit tous ensemble, installés autour d’une planche de Monopoly ou encore, en face-à-face pour une partie de Battleship, j’adore les jeux de société! Ils créent des échanges, des rires, des petites victoires et, quelques fois, s’y immisce un conflit entre mauvais perdants et mauvais gagnants… mais on finit toujours par trouver une façon de rétablir l’harmonie, comme de vendre à bon prix la Place du Parc à celui qui fait la moue!

Ceux qui me lisent depuis quelques temps savent bien à quel point je suis nostalgique! Alors, j’avoue que je prends un malin plaisir à faire découvrir à notre équipe de garçons les jeux de société que j’ai tant aimé durant mon enfance. Ils ont donc appris à jouer à Mille Bornes, Rummy, Destin, Risk et plusieurs autres. Les grands classiques – Clue, Uno, Skipbo, Yum – font toujours sensation lorsque vient le temps de rallier les troupes!  D’ailleurs, la fin de semaine passée, nous nous sommes rassemblés, tous les six, à jouer au Tricheur! Et, même si l’instant est purement ludique, il nous permet de constater les facilités et les difficultés de nos enfants…  Tout y passe… l’histoire, les maths, la lecture, la logique… Bref, sans s’en rendre compte, ils nous ont livré une partie de leurs acquis scolaires.

Ils pourront bien essayer de me convaincre qu’ils font la même chose lorsqu’ils ont du temps de jeux vidéo. Mais il suffit de les regarder pitonner sur une manette, avec ces regards fixés sur l’écran, pour saisir l’importance du jeu de société. Lorsqu’on joue autour d’une table, nous sommes installés en cercle, face à l’autre, et nous discutons. Il y a des échanges de regards, de paroles, des stratégies ancrées dans le réel. Un pion change le jeu, mais il occasionne aussi des réactions. Il demeurera toujours plus agréable de se mesurer à demi-frère ou grande soeur qu’à buddy541 ou l’ordinateur Xbox.

Il serait utopique de penser qu’il troquera la manette définitivement, mais je crois tout de même avoir réussi à transmettre mon amour des jeux de société à mon fiston puisqu’il lui arrive souvent de me réquisitionner pour une partie de Rummy ou de Skipbo! J’imagine que c’est sa façon à lui d’obtenir toute mon attention pour une heure où il y a zéro remontrance, zéro discussion, zéro négociation… juste du plaisir, du rire et du temps de qualité.

Le plus laid des cadeaux!

L’échange de cadeau a souvent un mandat ingrat : celui d’ajouter une touche de folie dans un party des fêtes. Cette année, avec ma gang de Promotel (la boîte pour laquelle je travaille depuis 15 ans), nous avions un cadeau à apporter selon la règle suivante : « Je l’ai eu, j’en veux pu! ». Donc, chacun devait trouver un objet dont il désirait se débarrasser et le refiler à un collègue. Il en résulta un échange déjanté où les rires et la folie suivaient la cadence du déballage des cadeaux. Et moi, j’ai reçu cet horrible tableau tissé où figure une nature morte de laine! Je n’ai pas à vous préciser qu’il s’agit du cadeau le plus laid de tous! Sans rancune, André : tu dois être heureux de t’en être débarrassé!

Depuis ce vendredi où le vin et la bonne bouffe m’ont fait prendre quelques kilos, j’observe et j’analyse ce tableau sous tous les angles. Sérieux, je suis tout de même contente d’être tombée sur ce cadeau. Il vient jouer avec ma fibre créative. En effet, j’ai l’intention de le recycler afin de lui insuffler une nouvelle vie, idée avec laquelle le généreux donateur est tout à fait d’accord – il m’en a même lancé le défi! Vous avez des idées à me soumettre pour rendre hommage à cette pièce pleine de potentiel?  Inspirez-moi!

Je vous reviendrai avec le résultat d’ici la fin janvier… en espérant qu’il ne m’ait pas trop fait faire de cauchemars d’ici là!  Quoique la tentation de le garder pour l’offrir à une nouvelle victime dans quelques années m’effleure l’esprit…

Dernière semaine pour commander!

Vous désirez offrir un cadeau personnalisé pour Noël?  Hâtez-vous de me communiquer vos demandes puisque la date limite est le 19 décembre pour livraison avant le 24. Voici les produits disponibles:

coupe

Coupe de vin:

– dessin au choix (peut représenter un personnage, une passion, fleurs et papillons, etc).

-le nom du destinataire sur la coupe ou sur le pied.

Prix: 12.00$

tasse normalTasse régulière:

-dessin au choix.

– le nom du destinataire.

Prix: 12.00$

 

tasse longue

Tasse haute

-dessin au choix.

– le nom du destinataire.

Prix: 12.00$

 

tasse sur pied

 

Tasse sur pied:

-dessin au choix.

– le nom du destinataire.

-votre nom sur le pied.

Prix: 15.00$

verre

Verre à bière:

-dessin au choix.

– le nom du destinataire.

Prix: 12.00$

 

 

 

tasse porcelaine

 

Tasse en porcelaine :(café au lait)

-dessin au choix.

-le nom du destinataire.

Prix: 12.00$

 

accrocheporte

Accroche-porte en bois:

-dessin au choix.

-le nom du destinataire.

Prix: 15.00$

 

 

Contactez-moi:

jmarquis74@gmail.com

418-866-0524

ou via ma page Facebook:

Les Créations de Joliejojo

 

 

Une friperie à St-Alexandre!

Demain, 12 décembre : c’est l’ouverture de la Friperie Angélique à St-Alexandre-de-Kamouraska! Et, croyez-moi, il s’agit d’un endroit à découvrir! De la couleur, de la variété, de la qualité… vous y trouverez tout cela et encore plus! Laissez-vous inspirer par cette boutique de vêtements d’occasion où vous pourrez dénicher des trésors! Et, le plaisir d’y magasiner, c’est que d’une fois à l’autre, vous pouvez y faire des découvertes inédites! En effet, vous aimerez magasiner dans cette friperie accueillante, mais en plus,  vous aurez eu le plaisir d’y rencontrer sa propriétaire, Jeannine Lemelin, une jolie dame au sourire chaleureux, d’où émane une douceur qui la rend sympathique dès le premier contact.

Établie à St-Antonin depuis septembre 2014 et fière du succès de cette année d’opération, Jeannine s’est mise à la recherche d’un endroit plus spacieux. D’abord, pour contenir sa majestueuse collection de vêtements et également pour bénéficier d’une certaine capacité d’entreposage. St-Alexandre-de-Kamouraska lui a ouvert grands les bras et la voilà nouvellement installée dans ses nouveaux locaux situés au 630, route 289.

20151209_191140Vous vous sentirez donc immédiatement à l’aise de fouiner d’un cintre à l’autre, à travers la magnifique variété de vêtements offerts. À la Friperie Angélique, vous pourrez aisément vous retrouver parmi les étalages efficacement disposés. Dès l’entrée, la quantité de vêtements impressionne : il y en a pour tous les âges, pour tous les genres, mais tous offerts au meilleur prix variant entre 1 $ et 40 $. Et à 40 $, on parle de morceaux neufs ou de manteaux de cuir. S’offrir un look actuel et bien pensé à peu de frais? Oui, c’est possible!

Vous aurez accès à une marchandise de grande qualité qui comprend des vêtements pour enfants incluant des habits de neige en excellent état ainsi qu’une sélection de plus de 500 costumes d’Halloween. Des vêtements pour ados incluant de superbes chandails à capuchon Helly Hansen et Under Armour. Pour les hommes : des habits, des cravates, des chemises, des vêtements et des gants de travail. Pour les dames : des robes, des blouses, des jeans pour toutes les silhouettes, des manteaux, des chapeaux et même quelques bijoux. À cela s’ajoutent des sacs à main, des foulards, quelques livres et objets de brocante. Le tout, soigneusement étiqueté et classé par tailles afin de faciliter votre recherche.

20151209_191453La Friperie Angélique, c’est un travail colossal réalisé avec beaucoup de passion où la clé du succès réside dans le tri de la marchandise! Jeannine effectue une sélection minutieuse des vêtements reçus dont elle ne conserve que la meilleure qualité. Ceux-ci proviennent de dons, de consignations et parfois, d’achats neufs. Mais, rassurez-vous, elle ne jette rien : les pièces recueillies qui ne se retrouvent pas sur ses tablettes sont données à des personnes dans le besoin. Et, question d’aider les familles à se vêtir à moindre prix, un système de carte privilège est établi. Après 10 tranches d’achats de 20 $, le client se voit récompensé d’un certificat-cadeau de 20 $.

En fait, il s’agit d’une boutique légèrement différente des autres et cette différence, on la retrouve dans une simple étiquette. Entre le vêtement neuf ou d’occasion, n’est-ce pas qu’il s’agit seulement d’une comparaison de prix? Vous obtenez, à la Friperie Angélique, un prix plus abordable pour un vêtement qui, en plus, possède une histoire. Le bénéfice de la réutilisation, vous le noterez à long terme dans votre portefeuille, mais aussi dans le contenu de votre garde-robe où l’éphémère ne vous fera plus soupirer.

La Friperie Angélique : ouverture le 12 décembre dès 10h.

630, route 289 à St-Alexandre-de-Kamouraska.

Pour obtenir l’horaire de la friperie, adhérez à sa page Facebook : Friperie Angélique.

20151209_190908

P.S. À chaque année, un don est remis à la Maison Desjardins des Soins Palliatifs du KRTB de la part de la Friperie Angélique. Donc, chacun de vos achats à la friperie contribue à une bonne cause. Raison de plus pour y magasiner!

Des oiseaux, des forêts et de la couleur!

La couleur, dans un élan de liberté!  Bien enracinée dans sa façon d’exprimer son âme poétique, l’artiste-peintre Caroline Ouellet vous présente son exposition Ailes et Racines. Découvrez un univers flamboyant où les oiseaux et les forêts volent la vedette.  Entre le réel et l’imaginaire, un aigle s’envole, des formes géométriques se côtoient, des lettres apparaissent…

La trame de fond, souvent constituée d’immeubles, d’édifices et de maisons rappellent les racines de sa créatrice. Originaire de Québec, Caroline Ouellet vit présentement à L’Islet. Enseignante à l’éducation des adultes, elle laisse voler ses pinceaux pour perpétuer le talent que lui a légué sa grand-mère maternelle. Alors, elle peint la vie : des oiseaux épris de liberté et des arbres enracinés dans leur terre natale. L’appartenance et l’envol dans un langage pictural poétique qui lui est propre.

20151206_114508

Il faut se laisser captiver par ces tableaux colorés. Un aigle sur fond d’édifices de couleurs : magenta, bleu et vert-jaune. Une forêt d’arbres ornés de fenêtres avec des cubes lettrés comme feuillages « Les Arbres Phares » forment un superbe et majestueux  triptyque. Un sublime paon. Un hibou confortablement niché sur sa branche. Des marguerites rayonnantes sur fond de maisons urbaines colorées. Laissez-vous enchanter par cette exposition vivante et poétique!

Exposition Ailes et Racines – Artiste: Caroline Ouellet.

Jusqu’au 18 janvier 2016  à l’Édifice Gérard-Dallaire de La Pocatière située au 900, 6e avenue Pilote, juste à côté du Centre Bombardier.

La salle est accessible les lundis et jeudis de 19h à 21h ainsi que les samedis et dimanches de 10h à midi. Pour information : Mme Hélène Desjardins 418.856.2589.

 

 

Une idée-cadeau pour le bas de Noël!

20151207_130644Elle peut se nommer Élodie, Maélie ou Raphaële…  À vous de décider!  Si vous désirez offrir un cadeau personnalisé à une jeune fille de votre entourage, je peux peindre une image de votre choix sur un accroche-porte en bois. Vous n’avez qu’à me préciser ce que vous désirez. Pour ce qui est de ma petite demoiselle au papillon vert, elle est disponible. Il ne manque plus qu’à y ajouter le nom de la destinataire.

Vous aimeriez en faire faire une pour un garçon, une petite rousse, ou encore, avec un papillon bleu?  Passez votre commande avant le 16 décembre pour une livraison avant Noël (région du KRTB) ou avant le 11 décembre pour une livraison dans la région de Québec le 19 décembre prochain.

Il s’agit d’une idée-cadeau décorative et personnalisée qu’ils aimeront conserver en souvenir!  Le prix: 15.00$. Contactez-moi!

D’ailleurs, voici quelques-uns des ornements qui peuvent être choisis pour remplacer le papillon vert:

20151207_140114

Josée Marquis – Les Créations de Joliejojo  – 418-866-0524

jmarquis74@gmail.com

 

Road Trip USA – Kamouraska!

Ce week-end, j’ai décidé de m’offrir un vol à tire-d’aile vers le nowhere.  Plus ou moins un nowhere, parce que j’avais des destinations précises dans la tête, mais bon… disons que je me suis laissée porter par le plaisir de savourer le moment.  En couple et en solo, j’ai magasiné mes cadeaux de Noël en y ajoutant une touche de spontanéité!

12310419_10207847070671786_2752553959018455058_nD’abord, samedi, moi et mon amoureux, nous avons répété notre tradition du temps des fêtes : s’offrir une petite session de magasinage dans le Maine! Direction Madawaska. On traverse le pont qui sépare Edmundston et Madawaska et nous voilà aux USA! À peine 5 minutes, et nous sommes rendus à notre bric-à-brac préféré : Marden’s! Cette année, en raison du taux de change non avantageux pour nous, ce n’était pas la cohue aux douanes, mais chez Marden’s, taux de change ou pas, on réussit à faire des trouvailles qui valent le déplacement. Le plaisir d’y magasiner aussi. Un coup passé le choc de la première fois, on y trouve notre plaisir. Parce qu’il faut être averti : on n’entre pas dans un magasin de super-chaîne, mais bien dans un magasin de type entrepôt qui vend des surplus d’inventaire. Les rangées sont identifiées par des bannières de carton écrites à la main. Mais au fil des rangées, on trouve des items surprises qui varient d’une fois à l’autre. Cette année, j’ai trouvé une tablette de papier à pastel Canson à 3.99$ (elle se vend habituellement aux alentours de 12$), des blocs palette jetables à 1.99$ (prix régulier : entre 8 et 9$), un cardigan en acrylique avec capuchon à 10$…  Bref, il faut fouiner, mais le résultat est souvent étonnant!  Et on finit toujours par une petite virée de magasinage à Edmundston. Cette fois-ci, nous avons visité le NB Alcool-Liquor pour dénicher des bières de la microbrasserie Les Brasseurs de Petit-Sault. La Bob Leboeuf (la blonde) et la Kedgwick (la pilser) sont excellentes!

Dimanche, j’avais encore le goût de bouger et de m’évader!  Mon amoureux était dans un mode cocooning, mais pas moi! Alors, pour lui épargner ma joie de vivre un peu trop vive, je le graciai de ma présence en direction de St-Jean-Port-Joli!  Lorsque j’ai fait mon entrevue avec Marisol de Del Sol (savons artisanaux), elle m’avait informée qu’elle était exposante au Marché de Noël écologique de Terra Terre qui se déroulait ce week-end. Le concept m’intriguait et je désirais voir de mes propres yeux ce marché de Noël qui se distingue des autres du fait que les produits offerts au public se doivent d’adopter les valeurs écologiques de l’organisme. À preuve, les exposants qui doivent faire du kilométrage pour se rendre à l’événement ont un tarif plus élevé et cet argent est utilisé pour planter des arbres, question de compenser le geste. Et j’ai bien fait de m’y rendre (noté à mon agenda pour l’an prochain). Les produits proposés sont très variés : bijoux, planches en bois (Atelier Unik-Art), herbes pour tisanes (Les Jardins de la Mer), savons artisanaux, miel, produits d’érable ou de bouleau, et plus encore! Ce marché se distingue vraiment des autres puisqu’il met en vedette des artisans locaux que l’on ne retrouve pas nécessairement dans les autres marchés du genre.

20151206_165727J’ai aussi fait un arrêt à La Pocatière pour visiter une exposition dont je vous reparlerai plus tard cette semaine, mais j’ai aussi visité la superbe Librairie L’Option. Une librairie à visiter! Des livres à profusion, des magazines pour tous les goûts et plusieurs autres produits. J’y ai trouvé un CD auquel je n’ai pu résister : l’album de Noël de mon enfance!  Quand j’étais jeune, je le faisais jouer (ou scratcher) sur mon tourne-disque Michey Mouse et j’écrivais les paroles des chansons…  Je n’ai pu résister à cet achat qui titillait la nostalgique en moi! Alors, je vous avouerai que sur la route du retour, je chantais à tue-tête le Joyeux Noël de Michèle Richard… Et comme quand j’étais jeune, je n’avais en tête que « le feu danse dans la cheminée, dehors on entend le dodoi » (c’est ce que je chantais à 6 ans).  Parapapapam…  Kamouraska-L’Islet… je t’aime!

Un amour de tatouage!

Dans la jeune quarantaine, ma collègue Julie a eu le bonheur, en septembre dernier, de devenir « grand-mamour »!  Fière de cette nouvelle génération qui se pointait le nez par un beau matin d’automne, mamie Julie ne se pouvait plus de bonheur, tant qu’elle ressentit le besoin de se faire graver son amour grand-maternel dans la peau… Alors, elle fit ce que nous faisons tous lorsque nous désirons un tatouage esthétique et digne du nom : une recherche d’images sur le net.

Des fleurs, des fioritures, une empreinte du pied de son petit…  Elle me confia tout ça en me demandant de lui créer un dessin pour son tatouage. C’était la deuxième fois que je faisais un dessin pour un tatou. La première, c’était une ébauche pour le mien. Cette fois-ci, j’avais un mandat bien précis et j’acceptai le défi avec confiance. Mais aussi beaucoup d’incertitudes…

Je fis comme d’habitude. Quand je n’ai pas le flash qui amorce le processus de création, je le dépose sur ma table de chevet et je laisse mon inconscient travailler. Et un matin, je me réveillai en sachant exactement comment lier tous ces éléments ensemble. Une fleur entourée de fioritures qui incarnent les branches, un bourgeon pour représenter la naissance et l’empreinte du pied de bébé bercée par une de ces branches, dans un geste protecteur.

Je m’attablai donc avec mes feutres et mes Prismacolor et le dessin jaillit, après quelques essais. La réponse de Julie fût instantanée et le dessin prit la direction de la poste pour atterrir sur le bureau du tatoueur. Quelques ajustements furent nécessaires pour adapter le dessin au médium du tatouage et Julie y ajouta sa touche personnelle. Le résultat est superbe et lui permettra, dans le futur, d’y ajouter les empreintes de ces prochains petits mamours!

Un cabaret décoratif de Noël!

Question de me plonger dans l’esprit des fêtes, j’ai décidé de bricoler une décoration de Noël inspirée d’une photo parue sur la page Facebook de Trucs et Bricolages. Ce bricolage peut servir de décoration sur une table de salon ou comme centre de table, mais dans cette dernière optique, elle s’avère lourde et risquée à déplacer! Mieux vaut lui choisir un site où il y a peu de déplacements… Raison de plus pour le bricoler : il est conçu à partir de bouteilles de vin (ou autres) que vous recyclerez!  Alors, si vous désirez, vous aussi, donnez une nouvelle vie à ces bouteilles vides… voici la recette!

Matériel nécessaire :

-Bouteilles de vin vides / bouteille de vinaigre de vin  (en vitre) vides.

-Peinture multi-surfaces Folkart Blanc d’Osier (ou autre couleur de votre choix).

-Sel d’epsom (en vente dans les pharmacies).

-Petit cabaret en bois (Chez Suzan : 15.95$) (ou autre cabaret déjà peint).

-Gesso transparent, scellant ou apprêt.

-Feuille de scrapbooking

-Gel brillant ou mod podge.

-Médium de coulage ou résine (au choix).

-Peinture acrylique pour le cabaret (si non peint).

-Tiges argentées aux couleurs des fêtes (magasins grandes surfaces)

-Cocottes, ruban, boules de Noël (Dollarama)

-Petits chandeliers et chandelles sans flamme (Dollarama)

Les bouteilles :

-Bien nettoyer les bouteilles, enlever les étiquettes (en les trempant dans l’eau chaude savonneuse) et nettoyer la surface des bouteilles avec un tampon imbibé d’alcool à friction.

-Peindre les bouteilles avec de la peinture multi-surfaces (2 à 3 couches). Laissez sécher.

-Appliquer du Mod Podge sur le bas de la bouteille (jusqu’au 2/3) et faire rouler celle-ci dans le sel d’epsom. Laisser sécher.

-Insérer une tige argentée dans chacune selon votre inspiration.

Cabaret :

-Appliquer une couche de gesso transparent (ou autre apprêt). Laisser sécher selon les instructions du produit.

-Peindre le cabaret de la couleur de votre choix.

-Trouver une feuille de scrapbooking de la couleur de votre choix et le couper selon la dimension du fond du cabaret.

-Appliquer une couche de gel dans le fond du cabaret et appliquez la feuille de scrapbooking en veillant à ce qu’il ne reste pas de poche d’air.

-Lorsque sec, recouvrir de médium de coulage et laisser sécher 24h.

Disposer les bouteilles et les éléments décoratifs selon votre inspiration. Et laissez-vous charmer par la beauté de votre création!

20151124_173012

 

 

La gestuelle poétique signée Raynald Légaré

Un poème inspiré par le parfum de la nuit tombée. Une série de toiles émergées de ce poème. Un livre d’artiste créé à partir de ces toiles. Un accident, une onde d’imprévu et voilà : l’artiste se sent submergé par une envie irrésistible de créer. Comme il le dit si bien, « pas pour faire joli », mais pour laisser libre-cours à un mouvement inspiré. L’exploration devient inspiration et vice-versa : Raynald Légaré est un passionné du geste, de la gestuelle, du rythme et de la couleur. Et, même si cela ne fait pas partie de l’objectif, ses toiles sont magnifiques. Sa série « Ôde à la rosée du soir » dégage une paisible harmonie qui lui vient, sans aucun doute, de cette gestuelle contrôlée qu’il s’amuse à travailler.

20151126_204541

Photographie, dessin, peinture, sculpture, installation et poésie, voilà pourquoi Raynald Légaré se définit comme artiste multidisciplinaire. Ses 47 ans d’expérience lui ont permis de comprendre qu’un accident peut se transformer en œuvre d’art pour l’artiste qui écoute cette illumination. S’ensuit un effet d’entraînement où une couleur en amène une autre, un tableau en amène un autre et une série devient le prétexte à explorer une autre forme d’art. Tout est question d’acceptation: accueillir le moment présent et le transposer sur toile.

D’une sensibilité palpable, d’une légèreté synonyme de liberté, il s’empare des couleurs primaires afin de leur donner un nouvel élan. Sur toile, ses œuvres abstraites ont une profondeur que l’on se plait à analyser. Il faut se laisser imprégner par ses séries Ode à la rosée du soir, Rencontres Fluviales ou Sous un ciel blues. D’ailleurs, j’ai assisté jeudi dernier, le 26 novembre, à la conférence de l’artiste ainsi qu’à la visite guidée de son exposition présentée dans le foyer du Centre Culturel Berger de Rivière-du-Loup.

20151126_202914

Après nous avoir parlé de ses inspirations et de ses influences artistiques (Kandinsky, Hans Hartung, Calder, Tapiès), Raynald Légaré nous entretenait de sa démarche artistique spécifique et de la façon dont il crée ses œuvres. Nous eûmes également la chance de le voir revêtir ses gants blancs pour tourner les pages de ses fascinants livres d’artistes.  Des œuvres magistrales qui inspirent un respect infini. Et c’est sans oublier la  générosité naturelle avec laquelle il nous livre sa passion.  En plus de nous communiquer aisément sa sensibilité artistique, il nous fait le cadeau inestimable de commenter ses œuvres et de nous expliquer ces créations abstraites que l’on essaie de déchiffrer avec plaisir, en espérant une révélation surprise!

Son atelier situé à Mont-Carmel est un havre de paix où il laisse couler l’onde du choc des couleurs qu’il a jadis ressentie et qui l’a amené sur le chemin de sa recherche picturale actuelle. L’exposition qu’il nous présente comprend 49 œuvres divisées en différentes séries. Vous pourrez notamment y admirer le livre d’artiste intitulé « L’arbre est un poème qui danse dans le ventre de sa forêt », couronné du 1er prix coup de cœur du public à la 2e biennale du livre d’artiste 2014 de Notre-Dame-du-Portage.

20151126_192451

Qui de l’homme, de l’artiste ou de l’œuvre saura le plus vous impressionner? De l’un et l’autre, une certitude exalte : l’authenticité avec laquelle Raynald Légaré nous livre son art qu’il définit comme sa source de vie…

Raynald Légaré – Ôde à la rosée du soir.  Une exposition présentée jusqu’au 17 janvier 2016. Foyer du Centre Culturel Berger, Rivière-du-Loup.

20151126_204928