Berthier Bérubé: le sculpteur d’histoires

Un bloc, une bûche, une souche. Pour Berthier Bérubé, ils incarnent tous un espace mythique d’où peuvent jaillir des histoires, des navires en bataille, des oiseaux de proie, au gré de son imagination. À chaque pièce, son défi. C’est d’ailleurs son inspiration première : le défi. Se dépasser d’une œuvre à l’autre, peaufiner la technique, mais avant tout, renouveler le plaisir de créer.  Sans plaisir, les œuvres de monsieur Bérubé ne dégageraient pas toute cette énergie, cette force qui leur donne un caractère unique.  Un véritable hommage à la nature dont il nourrit sa vie d’artiste.

Il faut voir ses œuvres pour comprendre leur difficulté d’exécution. Celles-ci sont créés en profondeur avec une succession d’éléments finement travaillés en avant-plan, telles de minces feuilles de bois, et d’autres en arrière-plan qui créent un tableau en effet 3D.  Il faut s’approcher pour examiner la minutie avec laquelle chaque détail est sculpté et le relief de chaque élément. Impressionnant, fascinant et captivant! De la sculpture de haute voltige pour laquelle il a reçu la reconnaissance de ses pairs, un passage essentiel pour atteindre le statut d’artiste professionnel, surtout lorsque l’on est autodidacte. En fait, le sculpteur Berthier Bérubé est un artiste dans l’âme depuis son tout jeune âge où il a rapidement compris que le bois possédait un éventail incroyable de possibilités. Des études dans le domaine de la construction lui ont confirmé sa nature imaginative et sa passion pour la création.

Il s’est donc mis à sculpter des bas-reliefs d’une précision et d’un raffinement incroyables. Pièce par pièce, le bois lui dicte le chemin à suivre pour réaliser ses œuvres. Sa matière première, des essences de bois très variées (merisier, noyer, hêtre, etc.), présente parfois des particularités par lesquelles il se laisse guider. Des nœuds, des pièces qui s’effritent, des zones vides, des racines, des rainures qui transforment cette pièce et lui confère une histoire bien particulière. Comme il le dit si bien: « chaque sculpture a son histoire ». Parfois, il doit également étoffer ses recherches  afin que ses œuvres traduisent le respect qu’il a pour ses sujets et, bien souvent, il impressionne la galerie par sa précision et son souci du détail.  D’ailleurs, chaque oeuvre nécessite un minimum de trois mois de travail. Ce temps est parfois multiplié selon la complexité de la composition ou encore, la solidité du bois (l’hêtre, par exemple). Pour ses roses en bois de cèdre, délicates et raffinées, il lui a fallu 8 ans pour arriver au résultat final. Un travail de moine qui l’amène toujours plus loin dans l’art sculptural.

De nombreux symposiums, des événements artistiques réputés (de Montréal à la Gaspésie) et, bien sûr, de nombreux prix, reconnaissances et mentions jalonnent son parcours artistique. Parmi ceux-ci : le Prix Coup de Cœur Arrmand Vaillancourt lors de la Rencontre des Arts à St-Jean-sur-Richelieu en 2015 (d’ailleurs, monsieur Vaillancourt lui a fait l’honneur de se porter acquéreur d’une de ses œuvres en 2016), le prix du public 1ère position en tant que sculpteur au Symposium International de peinture et sculpture du Saguenay Lac-St-Jean en 2016, le prix du public de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec (AIBAQ) en 2014, 2015 et 2016, sans oublier son adhésion à la plateforme Césure (cesure.ca). Il a également reçu un honneur immense qui l’a profondément touché : la plume guide de l’aigle noir remise par le grand-chef, Guy Frigon, de la Confédération des peuples autochtones, un prix en lien avec ses valeurs artistiques et humaines.

20170226_134539

Et, parlant de l’humanisme qui émane de l’artiste, on ne peut parler de Berthier Bérubé sans mentionner son agente (et conjointe) Léonile Caron qui mène, d’une main de maître, avec sa personnalité généreuse et son enthousiasme contagieux, la carrière et les activités de promotion de l’artiste. Leur complicité ainsi que cet amour de l’art et des gens qu’ils partagent tous les deux donnent vie à de nombreux échanges et de belles expériences vécues en symposium. Ces deux êtres dotés d’un entregent indéniable savent semer le bonheur sur leur chemin, quel que soit l’événement où ils nous font l’honneur d’exposer les œuvres impressionnantes du sculpteur.

Lors de ma visite à son atelier situé à St-Arsène, j’ai reçu un accueil immensément chaleureux! J’ai eu le privilège, entre autres, de voir  ses deux oeuvres en cours de réalisation:  un superbe trio de lynx (une ronde-bosse) ainsi qu’un bas-relief inspiré d’une chanson de Raymond Allard intitulée Tracadièche dont le thème est la déportation de 1755. Cette oeuvre puissante traduit l’incertitude et le courage de ces familles acadiennes ayant traversé la Baie-des-Chaleurs pour finalement arriver à Tracadièche. Elle sera exposée à Carleton-sur-Mer à l’été 2017.

Au-delà de la technique et de la quête personnelle de perfectionnement qui animent Berthier Bérubé, le moteur principal de sa création artistique réside dans le plaisir. Le plaisir de jouer avec le bois, de l’écouter, de voir naître une œuvre qu’il élabore au gré de ses émotions, de son imagination, de sa sensibilité artistique.  Mais aussi le plaisir de rencontrer des gens, de leur parler des histoires que racontent ses oeuvres aux côtés de sa merveilleuse Léonile.

Pour en savoir plus, je vous invite à visiter les sites web suivant (en cliquant sur les liens):

 

La Galerie Sylia: un espace d’inspiration au coeur de RDL!

  • Vernissage et porte ouverte à la Galerie Sylia le samedi, 11 février 2017, entre 13h et 16h au 126, rue Lafontaine, Rivière-du-Loup.

Depuis le 1er février, vous pouvez entrer librement pour admirer les œuvres d’une dizaine d’artistes à la Galerie Sylia située au 126, rue Lafontaine à Rivière-du-Loup. Les œuvres en exposition le sont sur une base de 2 à 4 mois, ce qui signifie que les œuvres seront renouvelées régulièrement, d’où l’importance de la visiter régulièrement. Coachée par la galeriste Esther Garneau de la Galerie Zen située à Québec, Sylvianne désire gérer sa galerie selon les règles de l’art, puisqu’il est d’une importance capitale, dans le milieu, de s’établir une réputation irréprochable qui saura séduire de grands noms. Et gare à ceux qui doutent de la pertinence d’une galerie d’art en région puisqu’il y a bel et bien un marché pour la vente d’œuvres d’art. Des collectionneurs sont effectivement en perpétuelle recherche du coup de cœur qui prendra de la valeur avec le temps…

C’est donc ce samedi, 11 février, que vous êtes conviés au premier vernissage de la toute nouvelle Galerie Sylia dont la propriétaire Sylvianne Paré, une artiste bien connue dans la région, se fera un plaisir de vous accueillir de sa touche chaleureuse avec un vin d’honneur et beaucoup de fierté.

L’artiste derrière la galeriste

12494698_10153975252274627_882764101440802743_nPendant six longs mois, Sylvianne Paré a vécu le cauchemar de la toile blanche. Après avoir parcouru une infinie quantité de symposiums, en l’occurrence une quinzaine par année, de la Gaspésie jusqu’à Trois-Rivières, en passant par le Nouveau-Brunswick, cette panne se devait d’aboutir sur une voie où elle pourrait vivre sa passion artistique sans souffrir des comparaisons, des commentaires acerbes qu’entonnent les jaloux du web en mal d’attention. Elle devait se détacher de cet univers glacial pour plonger à nouveau dans le monde de l’expression artistique. La création de boules de Noël peintes à la main et l’engouement suscité par ces magnifiques créations lui redonnèrent la confiance nécessaire pour retrouver ses pinceaux.

Elle eût l’idée de construire ses propres supports à partir de lambris de pin. Dénués de perfection, de rectitude et laissant place à l’imprévu qui crée l’unicité d’une œuvre, ces planches de pin au style brut se virent enjolivées d’images issues de belles histoires vécues par l’artiste. Bateaux, violon et autres sources d’inspiration, agrémentées d’éléments qui leur confèrent une troisième dimension, se plient aux caprices des complexités émanant du bois. Et c’est désormais ce qui incarne la signature artistique de Sylvianne Paré. Comme elle le dit si bien, elle crée ses œuvres de A à Y, le Z étant la complicité et le coup de pouce ménager de son conjoint Fernand.

20170210_130145

Des ateliers destinés à la population générale

Les lieux inspirants verront également naître de futurs artistes qui auront créé leur première œuvre à la Galerie Sylia!  En effet, des ateliers sont offerts à prix très abordables. Sylvianne offre des ateliers libres le jeudi en après-midi et en soirée ainsi que le vendredi après-midi. Vous apportez simplement votre matériel, votre patron et au coût minime de 7 dollars l’heure, vous bénéficieriez de conseils personnalisés. Des ateliers spécifiques sont également distribués, notamment durant la relâche scolaire où une programmation a été établie pour les plus jeunes, mais aussi pour les adultes qui désirent tenter l’expérience. Des ateliers sont également offerts par l’artiste Marie-Josée Gagnon les mercredis en après-midi et en soirée.

Voici les ateliers offerts prochainement :

20170210_121443« Je fabrique mon tableau »:  Vous pourrez reproduire une oeuvre de Sylvianne Paré – voir l’image à gauche de ce texte –  d’un tableau avec illustration réalisé avec de la peinture conçue pour créer un tableau noir inscriptible à la craie.   Samedi, 18 février, de 9h à 11h.

Semaine de relâche :

  • « Quand je danse, la vie est belle» : réalisation d’une toile à l’acrylique à partir d’un patron. Lundi, 6 mars. 9h à midi.
  •  « Souvenir d’enfance» : réalisation d’une toile à l’acrylique à partir d’un patron. Mardi, 7 mars. 9h à midi.
  • « On fait du chocolat» : réalisation d’une création chocolatée. Mercredi, 8 mars, 9h à midi.
  • « Un savon, sv.p.» : réalisation d’un savon à la main. Jeudi, 9 mars. 9h à midi.
  • « Hibou la nuit» : peinture sur une bûche de bois (bricolage et peinture). Vendredi, 10 mars, 9h à midi.

Matériel fourni pour tous ces ateliers. Pour connaitre les tarifs et réserver votre place : 418 894.9414 ou via la page facebook de la galerie. D’autres ateliers sont à venir.

Les artistes

La Galerie Sylia expose présentement des œuvres réalisées par 10 artistes qui, pour la plupart, seront présents au vernissage du samedi 11 février. Au plaisir de vous les présenter:

Sylvianne Paré  (Kamouraska):

La galeriste vous propose des œuvres en techniques mixtes réalisées sur des planches de pin, mais également des articles-cadeaux tels : sacs pour bouteille de vin, sacs de coton et tabliers (réalisés avec sa fille, Kim).

Rodrigue Laplante (St-Alexandre-de-Kamouraska) :

Un artiste paysagiste qui aime peindre les beautés du Kamouraska. Ses œuvres se distinguent jusqu’à Québec où il expose également à la galerie Douce Passion. Son médium de prédilection?  La peinture à l’huile. www.rodriguelaplante.com.

Julie Poliquin (St-Sauveur) :

Habituellement reconnue pour ses dames musiciennes, elle saura vous étonner avec ses magnifiques paysages abstraits. www.juliepoliquin.com.

Yvan L’Espérance (Rimouski) :

Son perfectionnisme, sa minutie et sa passion se lisent à travers ses paysages en bordure de fleuve ou de quartiers du Vieux-Québec. M. L’Espérance est un artiste multidisciplinaire de grand talent.

Claude Lépine (St-Sauveur) :

Il peint son personnage, Madame, qui s’inspire de sa mère couturière. Cet élément se retrouve donc dans la plupart de ses œuvres qui illustrent son style unique. www.claudelepineart.com.

Lynn Doiron Cyr  (St-Pascal) :

Originaire du Nouveau-Brunswick et nouvellement installée au Kamouraska, cette artiste se spécialise dans les natures mortes à l’huile. Depuis peu, elle réalise également des paysages à l’acrylique.

Marie-Josée Gagnon (Pohénégamook) :

Dans la région du KRTB, elle n’a plus besoin de présentation!  Ses œuvres en techniques mixtes oscillent entre le figuratif et l’abstrait et sa créativité n’a pas de limite!

Création Chantal (St-Pierre-de-Lamy) :

Chantal Ouellet vous présente ses bijoux peints à la main avec peinture vitrail et époxy.  Des bijoux au style unique.

Michèle Bérubé (St-Arsène) :

Ses paysages à l’acrylique affichent une sensibilité hors du commun. Vous serez séduits par la profondeur de ses œuvres.

Suzanne Côté Campagna  (St-Antonin) :

Artiste multidisciplinaire, elle vous présente ses œuvres sur porcelaine. Des tasses, des assiettes au design campagnard. Important : une partie des profits de la vente d’assiettes peintes par Mme Campagna est remise à la Maison Desjardins des Soins Palliatifs du KRTB.

 

Au plaisir de vous y rencontrer!