Brioches & Babioles… et bricoles!

Un latté réconfortant, une joyeuse équipée de bricoleuses et la généreuse assistance d’Élaine Bélanger, propriétaire du café-boutique Brioches & Babioles de St-Arsène… Il suffit de quelques secondes pour que vous plongiez entièrement dans l’ambiance sympathique de ces ateliers! En fait, je vous parle ici de mon expérience personnelle puisque j’ai assisté, le 14 juillet dernier, à un atelier d’initiation à la peinture à la craie Colorantic™. Et j’ai adoré l’expérience!

20170521_134350

Brioches et Babioles est le seul marchand autorisé de la peinture vintage Colorantic™ dans la région. Disponible en 19 nuances et trois formats avec différents types de patines, glacis et cires, cette peinture permet de réparer ou transformer un meuble en lui donnant une apparence antique. Lors de l’atelier, en plus de créer un projet spécifique, Elaine vous offre la possibilité d’essayer les différentes couleurs offertes, question d’alimenter votre inspiration pour de futurs travaux personnels.

L’atelier s’amorce par ces essais, question d’amadouer un peu cette fameuse peinture. La façon de procéder est clairement expliquée et vous permet d’obtenir des réponses précises à vos différentes questions. Suite à cette phase d’essai, vous plongez dans le vif du sujet avec une planche de bois de grange et un pot de type Masson qui vous permettra de confectionner une décoration murale.

L’atelier se déroule dans une ambiance très conviviale et les résultats s’avèrent tout à fait surprenants! À chacune son interprétation, sa couleur, sa version, pour un maximum d’interactions et d’inspiration! Mais, chose certaine, pendant ces trois heures à discuter, rire et peindre, toutes avaient laissé loin derrière les tracas de la vie quotidienne et les sourires ne cessaient de se multiplier!

20251375_10156569863473975_759455200_oFélicitations à Élaine Bélanger pour cette magnifique initiative et vivement l’arrivée d’une zone atelier en annexe à ce café – un projet dont elle nous parle avec beaucoup d’espoir!  Avec les précieux conseils de celle-ci et sa passion inépuisable pour la transformation de meubles, elle saura certainement redonner vie à vos talents en matière de déco!

Surveillez les prochains ateliers en suivant la page Facebook de Brioches & Babioles. Et surtout, laissez-vous tenter par cette expérience qui relève de l’art thérapie! En plus de passer un moment exceptionnel, vous serez fiers de votre réalisation!

À lire également:

https://joliejojo.wordpress.com/2017/06/07/un-air-de-brocante/

https://joliejojo.wordpress.com/2016/02/23/brioches-et-babioles/

Crédit-photo: Toutes les photos de cet article, à l’exception de la photo à la une, sont la propriété d’Élaine Bélanger.

20216764_10156569863328975_266969465_o

20227595_10156569863923975_698370518_o (1)

Publicités

Épatante Kimi!

« Cette enfant-là va toujours m’épater! » C’est la phrase que le neurologue a spontanément lancée lorsque la petite Kim, âgée de 2 ½ ans, défia tous les pronostics pour se lever et avancer vers lui. Il faut dire qu’elle avait reçu un diagnostic lourd dès l’âge de 8 mois affirmant qu’elle ne serait jamais capable de marcher, ni même de se tenir assise, en raison d’une malformation cardiaque. Pendant les six premiers mois de sa vie, 17 spécialistes se sont penchés sur son cas. Le diagnostic est impossible à établir. Pour chaque syndrome soupçonné, un élément élimine l’espoir de pouvoir identifier sa condition. Les suivis en physiothérapie se succèdent et la stimulation porte fruit, mais c’est surtout la curiosité de Kim qui fera fondre les prévisions des spécialistes! Aujourd’hui âgée de 17 ans, malgré sa déficience intellectuelle, elle est considérée apte au travail. Dotée d’une volonté de fer et d’une grande débrouillardise, son évolution constante ne cesse de surprendre les intervenants et même sa mère, Sylvianne Paré.

Apte au travail, une expression qui signifie, sur papier, qu’une maman doit enclencher le processus d’intégration socioprofessionnelle de son enfant, malgré sa déficience intellectuelle. En réalité, il s’agit d’une étape remplie d’émotions! Sylvianne, propriétaire de la Galerie Sylia, partagée entre son désir de protéger sa fille et celui de lui offrir une belle liberté, opte pour le meilleur des deux mondes. Elle crée Les Savons Kimi, une entreprise de fabrication de savons artisanaux. Cette démarche lui permet d’embaucher Kim qui deviendra l’artisane en chef de cette superbe initiative. C’est ainsi qu’elle développe sa passion pour la confection de savons, ces jolis chefs-d’œuvre que l’on dévore des yeux… en résistant à l’envie de les croquer tellement ils sont appétissants! Cette passion, elle la partage avec tellement de plaisir. Les intervenants qui travaillent auprès d’elle vous le diront : elle parle sans cesse de ses fameux savons!

Et cette fascinante Kim, que pourrait-elle vous dire de ses savons? Qu’ils sont fabriqués avec des produits naturels et qu’elle les confectionne elle-même avec une autonomie dont elle est très fière! La collection 100 % Kimi vous propose de magnifiques savons à la glycérine colorés, parfumés et, parfois même, texturés. Elle y ajoute de la couleur au gré de son inspiration, les parfume d’huiles essentielles et manipule le couteau pour les trancher comme une pro! Il est important de souligner que les produits manipulés par Kim sont 100 % naturels et sans danger pour elle. Elle bénéficie également de la collaboration de Moisan Fleuriste qui lui fournit des pétales de fleurs tombées qu’elle peut intégrer à ses créations. Un geste simple, mais qui a tellement de valeur pour la belle Kim!

Il en est de même pour son travail. Lorsqu’elle réussit à vous vendre un savon sur lequel elle a travaillé, sa fierté se lit sur son visage! La collection 100 % Kimi, c’est elle! Ce sont ses mains à elle qui ont donné vie à ces savons et ces bombes de bain aux couleurs attrayantes! C’est son imagination qui lui a dicté le nombre de gouttes de bleu ou de rouge à verser dans la préparation. C’est sa liberté à elle qui se dessine à travers son travail d’artisane.

Il faut voir le regard de Sylvianne Paré s’illuminer lorsqu’elle aborde toute la dimension sociale derrière Les Savons Kimi. Pour Kim, ce travail signifie qu’elle a sa place dans la société. Elle se sent utile, valorisée et c’est un bonheur pour elle d’enjoliver votre quotidien avec ses magnifiques savons. D’ailleurs, les clients demandent et redemandent des savons 100 % Kimi parce qu’ils reconnaissent cet engagement social, mais aussi, parce qu’ils savent la portée qu’aura leur achat sur la vie de Kim.

L’épatante Kim est devenue une fascinante artisane! Les Savons Kimi, dont la collection 100 % Kimi, sont en vente à la Galerie Sylia située au 126, rue Lafontaine à Rivière-du-Loup. Kim et Sylvianne seront également présentes à différents événements dont : Printemps Artisan à La Pocatière, les 2 et 3 juin et le symposium Des fleurs et des Jardins à Sainte-Anne-de-la-Pérade, les 10 et 11 juin.

20170331_121336

Au cœur de Sylvain Dionne…

13523746_10208183995508983_2033692408_oLe soleil de juillet brille. Me voilà bien installée dans ma chaise longue avec un verre de vin. L’instant est précieux, le temps est à la poésie. Qui plus est, je m’apprête à savourer le recueil À cœur ouvert du communicateur louperivois bien-aimé Sylvain Dionne. À première vue, ce carnet de 95 pages nous laisse entrevoir la possibilité d’une aventure en profondeur. La splendide œuvre originale Souvenirs dévoilés de l’artiste Rodrigue Laplante nous lance une invitation introspective sur l’univers de Sylvain Dionne, mais aussi une paisible impression de délivrance. L’auteur s’est ouvert le cœur, une intervention délicate, mais vouée au succès puisqu’avec un flot de mots découverts, il réussit à toucher le lecteur.

Perfectionniste rédacteur, Sylvain Dionne nous offre un plateau de mots dont la musicalité caresse l’oreille interne. Son écriture possède un rythme puissant où les images se succèdent pour créer une émotion qui nous imprègne. Le temps, l’attente, la souffrance, le désir, la dualité entre le jour et la nuit ne sont que quelques-unes des thématiques qu’il aborde afin d’évoquer ses tourments et plaisirs. Les éléments de la nature (mer, vents, rivières, vagues, etc.) sont omniprésents et traduisent, au fil des mots, la tristesse, la peur, l’abandon, l’éveil…

Les alizés s’éveillent

Rythment les vagues

La mer se berce

Chaleur naissante

Les mousses encore humides

S’étirent et s’étiolent

Les buissons s’ébrouent

Chassent quelques larmes

De rosée

 À cœur ouvert nous ouvre également la porte du cœur amoureux de Sylvain Dionne. Nous découvrons celui qui aime généreusement, entièrement, passionnément et délicieusement celle dont il recherche le regard. Celle qu’il protège de la superficialité du jour. Avec elle, il partage ses nuits où la liberté prend toute son aise, loin du jugement et des rumeurs. Et cette ouverture nous permet de savourer des écrits d’un érotisme envoûtant :

 

Je descends vers vos lèvres

Celles qui parlent le plus,

Même

Silencieuses

Qui esquissent un sourire coquin

Se laissant doucement baiser…

 

Savoir jouer avec les mots est un art tout en finesse que Sylvain Dionne maîtrise habilement. Par ce premier recueil, il nous propose une poésie enveloppante, chaleureuse, que l’on se plait à lire avec, en tête, cette voix grave et unique qui caractérise bien l’auteur. D’ailleurs, À cœur ouvert vous est également offert en version audio, avec la participation d’Alex Ann Villeneuve Simard à la narration.

 Le recueil a été lancé le 22 juin dernier et j’ai pris le temps de le savourer afin de vous en livrer mes impressions. C’est ainsi que j’aime lire la poésie: une page à la fois. Je vous invite donc à vous procurer votre exemplaire de cette oeuvre poétique et à vivre, vous aussi, cette traversée, toute en douceur, d’un univers émotionnel qui vous saisit du premier mot jusqu’au dernier soupir. Une incursion au cœur de ce poète sensiblement séducteur et authentique.

 À cœur ouvert de Sylvain Dionne est disponible dans plus de 10 points de vente au Bas-Saint-Laurent: Librairie J.A. Boucher et Librairie du Portage (Rivière-du-Loup), Euskara (Trois-Pistoles), L’Alphabet et Vénus (Rimouski), L’Option (La Pocatière), Musée du Bas-Saint-Laurent (Rivière-du-Loup), Maison culturelle Armand-Vaillancourt (Saint-André de Kamouraska), boutique Le Fil bleu (Kamouraska), bureau d’information touristique de Rivière-du-Loup et Tabagie Lunik (Saint-Pascal). Vous pouvez également le commander directement par message privé en communiquant avec Sylvain Dionne via sa page Facebook : http://www.facebook.com/SylvainDionneAuteur.

 Crédit-photos : © Patric Nadeau, photographe.

De belles lettres

Je me vois encore la tête penchée, consciencieuse, sur mon cahier interligné. J’y mettais tous les efforts possibles d’émaner de mon petit être pour rendre à la perfection la rondeur du O, la droiture du L et le zigzag du Z. J’avais tellement hâte d’écrire… et quand vint le temps d’apprendre l’écriture cursive… je jubilais! J’aimais dessiner ces pattes de mouches qui reliaient les lettres les unes aux autres afin de composer des mots, des phrases, des histoires… Quelques années, les autocollants de récompense n’avaient plus d’attrait et l’écriture « comme tout le monde » m’agaçait. Je m’efforçai donc d’écrire le plus mal possible afin d’obtenir une écriture qui me distinguerait des autres. Illisible (parce que je le voulais bien), je m’inventai une signature qui se réalisait en deux temps, trois mouvements, tel un élan à la Picasso qui rendait indéchiffrable ce hiéroglyphe personnalisé à outrance.

D’ailleurs, mon utilisation régulière de la dactylo et du traitement de texte venait justifier ce manque d’effort et j’abandonnai carrément l’idée d’avoir une écriture agréable à lire. J’aimais mieux concentrer mes énergies sur l’apprentissage du doigté qui fit de mon clavier d’ordinateur mon meilleur ami de tous les temps! Mais dernièrement, j’ai décidé de faire un pied de nez à cette adolescente rebelle qui boudait sa calligraphie. Je me suis procuré un outil de travail très intéressant que je conseille fortement à quiconque désire se doter d’une écriture élégante.

Parce qu’en fait, lorsque l’on se passionne pour l’art visuel, certains projets nécessitent l’utilisation d’une calligraphie qui a du style. Cette réalité ma rattrapa lors de certains projets où je devais utiliser un pochoir pour réussir à réaliser des lettres tout simplement jolies. Honte à moi – je considère les pochoirs un peu comme un outil de tricherie… Je me dois d’être capable de réaliser de belles écritures sans recourir à cette béquille.

20160106_130230

Je me procurai cet ouvrage intéressant trouvé chez De Serres intitulé : Découvrez l’artiste en vous – La Calligraphie à la portée de tous. Son prix agréable (19.99$) et son format séduisant me tombèrent immédiatement dans l’œil (demandez à ma belle-sœur, elle était avec moi lors de l’achat!). Il s’agit, en fait, d’un coffret cartonné au design sobre qui comprend : un livre explicatif, un porte-plume, un stylo-plume, 4 cartouches d’encre (noire, bleue, verte, rouge), 2 tubes de gouache, 1 pinceau no.1 et 1 carnet pour s’exercer avec des modèles de lettres, d’étiquettes et de cartes. J’avoue qu’en ouvrant le coffret, je me suis sentie comme une petite fille devant un coffre aux trésors!

20160106_130300

Le livre nous introduit d’abord à l’histoire de la calligraphie pour ensuite nous révéler les secrets de l’écriture chancelière, la forme d’écriture la plus connue dans la calligraphie latine, qui sert de base à plusieurs variantes. La démarche est progressive et la façon de réaliser chaque lettre vous est clairement démontrée. Il ne suffit plus qu’à pratiquer, pratiquer et pratiquer… Et par la suite, ce sera un plaisir de réaliser vos cartes de souhaits et autres beaux documents à la main.

Entre vous et moi, une invitation écrite à la main avec une calligraphie soignée relève bel et bien de l’œuvre d’art! D’ailleurs, nombreux sont les objets décoratifs ornementés de mots, les toiles où se glissent des pensées écrites avec élégance… Sans oublier les tatouages où la calligraphie chinoise se révèle telle une beauté visuelle que l’on porte fièrement sur soi.

D’ailleurs, cette semaine, lorsque je fouinais dans les rayons de livres d’art de la librairie, j’ai aperçu un intéressant guide sur la calligraphie chinoise. Qui sait? Peut-être représentera-t-il mon prochain défi?  Mais pour l’instant, je vous invite à vous procurer ce coffret qui vous promet des heures de zénitude à réaliser de belles lettres. Et, puisque l’enfant en soi ne se trouve jamais bien loin, un carnet d’autocollants à apposer sur les pages où vous aurez réussi une calligraphie parfaite ferait un excellent complément!  Amusez-vous et… bonne écriture!

 

 

Le plus laid des cadeaux!

L’échange de cadeau a souvent un mandat ingrat : celui d’ajouter une touche de folie dans un party des fêtes. Cette année, avec ma gang de Promotel (la boîte pour laquelle je travaille depuis 15 ans), nous avions un cadeau à apporter selon la règle suivante : « Je l’ai eu, j’en veux pu! ». Donc, chacun devait trouver un objet dont il désirait se débarrasser et le refiler à un collègue. Il en résulta un échange déjanté où les rires et la folie suivaient la cadence du déballage des cadeaux. Et moi, j’ai reçu cet horrible tableau tissé où figure une nature morte de laine! Je n’ai pas à vous préciser qu’il s’agit du cadeau le plus laid de tous! Sans rancune, André : tu dois être heureux de t’en être débarrassé!

Depuis ce vendredi où le vin et la bonne bouffe m’ont fait prendre quelques kilos, j’observe et j’analyse ce tableau sous tous les angles. Sérieux, je suis tout de même contente d’être tombée sur ce cadeau. Il vient jouer avec ma fibre créative. En effet, j’ai l’intention de le recycler afin de lui insuffler une nouvelle vie, idée avec laquelle le généreux donateur est tout à fait d’accord – il m’en a même lancé le défi! Vous avez des idées à me soumettre pour rendre hommage à cette pièce pleine de potentiel?  Inspirez-moi!

Je vous reviendrai avec le résultat d’ici la fin janvier… en espérant qu’il ne m’ait pas trop fait faire de cauchemars d’ici là!  Quoique la tentation de le garder pour l’offrir à une nouvelle victime dans quelques années m’effleure l’esprit…

Aquarelle, Poésie et Thé: la trilogie épicurienne du lundi!

Lundi, 23 novembre : c’est la Journée mondiale de l’aquarelle! Je vous avoue que j’envie énormément les aquarellistes, puisque c’est un médium complexe à apprivoiser. La peinture à l’aquarelle demande beaucoup de délicatesse, puisque les erreurs sont difficiles (souvent même impossibles) à rattraper. J’ai fait quelques essais au cours des derniers mois et l’aquarelle en fait partie. Je n’abandonne pas la partie, mais je lève mon chapeau à ceux et celles qui relèvent le défi de l’aquarelle au quotidien.  Son côté séduisant?  Il s’agit du médium idéal pour peindre à l’extérieur puisqu’il requiert peu de matériel et sèche très rapidement. Médium de l’instantanéité? Voilà qui lui confère une caractéristique attrayante.

20151021_113838Tabloïd de Mathieu K. Blais  figure dans la liste préliminaire  du Prix des Libraires du Québec 2016 dans la catégorie Poésie québécoise! Le 22 octobre dernier, je partageais avec vous ce coup de cœur littéraire, pour ne pas dire coup de foudre puisqu’il m’a redonné l’envie de lire de la poésie. De la vraie, composée d’images crues et fortes. Je vous invite d’ailleurs à relire cette chronique qui vous explique plus largement comment ce recueil est un plaisir de lecture. Cette liste préliminaire du Prix des Libraires du Québec comprend 8 titres pour lesquels un comité de sélection se réunira en janvier afin d’établir la liste des 4 finalistes. À partir de ce moment, les librairies du Québec seront invitées à voter pour élire un gagnant qui sera couronné en mai lors du Festival de la poésie de Montréal.  Bonne chance Mathieu et à vous, chers lecteurs, hâtez-vous de commander votre exemplaire auprès de votre libraire ou en ligne auprès des grandes librairies populaires.

20151123_131311J’ai mon calendrier de l’avent de Tea Taxi!  Quelle belle façon de faire le plein d’inspiration pour décembre!  Je voyais le mois de novembre avancer et je n’avais pas encore eu la chance de le trouver quelque part…  ce que mon copain a fait pour moi! Donc, à partir du 1er décembre, jusqu’au 25, j’aurai le plaisir de savourer un thé par jour.  Des saveurs telles que : Gâteau des Anges, Parfum de fraises, La Recette du bonheur, Maté Caramel ou Crème brûlée…  mais zéro calories! J’ai déjà hâte au mois de décembre…  Vite, je veux boire du thé!!!

Scrapbooking… ou l’art de se souvenir!

P1040958En tant que nostalgique professionnelle, j’avoue que j’ai flirté il y a quelques années avec le scrapbooking, aussi appelé, pour les puristes de la langue française, le collimage! J’ai passé des heures et des heures à coller des photos sur des cartons, à choisir des autocollants, à écrire des notes, à organiser mes albums…  Et aujourd’hui, mon fiston peut bénéficier de ces nombreuses pages qui retracent les moments de sa petite enfance.

Bien des « albums de bébé » sont offerts sur le marché, mais aucun ne sera aussi complet que ces albums conçus à la main avec beaucoup, beaucoup d’amour. Et j’avoue que, quand mon fiston est chez son papa, il m’arrive parfois de feuilleter ces pages de souvenirs avec une larme à peine dissimulée sur la joue… Mais plus souvent, c’est un sourire qui apparait. Et je ne regrette aucunement les heures que j’y ai consacrées!

P1040961Un jour, il comprendra toute la signification de ces instants précieux…  Le test de grossesse avec les deux petites barres roses, les échographies, les manchettes du journal de la journée de sa naissance, le prix de l’essence en 2002 (75¢ le litre!) ou d’un timbre (48¢), la mèche de sa première coupe de cheveux, la première dent tombée…. Oui, toutes ces premières fois d’une vie où il est devenu grand!

Dernièrement, j’ai eu la curiosité de visiter une boutique spécialisée (Scrapbook Tendance sur le boulevard Pierre-Bertrand à Québec – scrapbooktendance.com) dans le matériel de scrapbooking et… je ne savais plus où donner de la tête!  Ce marché a tellement évolué. On ne parle plus de photos collées sur des feuilles carrées, mais bien d’œuvres d’art où chaque page peut se chiffrer à plusieurs dollars!  Des papiers aux motifs flyés, des autocollants thématiques pour toutes les occasions, des matériaux qui donneront une dimension 3D à vos assemblages, des étampes et plus encore…

J’ai, depuis un an ou deux, mis de côté mes petits autocollants et mes cartons. Le temps me manquait et les premières s’espaçaient! Aujourd’hui, je profite pleinement de chaque moment. Je prends toujours des photos, mais j’ai ralenti le rythme des pages. Les années passent et ses premières lui appartiennent. Il n’a plus besoin du « kodak » de maman pour tout saisir.  Plus tard, il aura Facebook pour lui rappeler le temps présent. Et les collages de maman prendront la poussière,  une poussière balayée de temps à autres par quelques larmes de nostalgie.

L’art-thérapie par le journal créatif

« Cher journal… »… Combien de fois ai-je calligraphié cette amorce dans un cahier tout neuf avec l’intention de le noircir chaque jour avec rigueur et fidélité? Mais bon, comme bien d’autres résolutions, ça ne tient pas! Me contraindre à rédiger selon une formule trop étroite suffit à me décourager et le journal intime prend le bord du bac à recyclage (jadis, la poubelle).

journal creatif 2Mais c’était jusqu’à ce que je découvre une nouvelle méthode d’adhérer à ce concept. Et ce, grâce à l’auteure Anne-Marie Jobin, l’auteure du livre Le Journal Créatif que je me procurai en 2002. Depuis, je suis une mordue de tout ce que publie Anne-Marie Jobin et je suis une adepte de l’art-thérapie.

La méthode proposée par madame Jobin consiste en la tenue d’un journal personnel dans lequel nous explorons nos pensées profondes et bien enfouies par le dessin, le collage, l’utilisation des couleurs, de la main non dominante, de l’écriture spontanée, à travers une grande variété d’exercices qui nous permettent d’exprimer notre vérité intérieure. Les exercices pratiques sont appuyés d’exemples tirés de ses ateliers et sont très simples à réaliser. Pas besoin d’être né artiste pour s’y amuser.

Anne-Marie Jobin a fondé, en 2004, l’École Le Jet d’Ancre afin de former des professionnels et des particuliers à la méthode du journal créatif. Vous pouvez visiter le site à journalcreatif.com. D’ailleurs, à compter de janvier 2016, des ateliers en ligne seront disponibles!

Vous désirez explorer la technique du journal créatif? Voici quelques livres que vous pouvez vous procurer, tous parus aux éditions Le Jour et tous de l’auteure Anne-Marie Jobin :

Fantaisies et Gribouillis : 85 suggestions d’activités créatives (barbouillage, griffonnage, flânerie poétique, dessin guérisseur…) Paru en 2008 et réédité en 2015.

Exprime-toi! avec le journal créatif : activités destinées particulièrement aux 12-18 ans pour mieux se connaitre et mieux comprendre ce qui arrive dans sa vie. Paru en 2015.

Créez la vie qui vous ressemble : un ouvrage sur la créativité qui inclut des exercices créatifs visant à débloquer et à stimuler l’énergie créatrice. Paru sous le titre La vie faite à la main et réédité en 2013.

Le Nouveau Journal Créatif : comment aller à la rencontre de soi par l’écriture, le dessin et le collage. Il comprend plusieurs exercices pratiques et 50 pages de plus que la version originale parue en 2002 (Le Journal Créatif). Cette réédition est sortie en 2010.

Exercices Créatifs Zen : un complément en quelque sorte du Nouveau Journal Créatif qui propose de nouvelles activités apaisantes et thérapeutiques. Paru en 2013.journal créatif 3

Vous n’êtes pas obligé de vous procurer cette bibliographie complète pour exercer cette méthode, mais si vous appréciez, vous ne pourrez résister à la tentation d’en découvrir encore plus! Personnellement, cette technique m’a permis de mieux me comprendre à certaines périodes de ma vie où j’avais besoin d’une réflexion profonde sur ce que je suis et surtout, ce que je veux.

À titre d’exemple: deux semaines après mon congé de maternité, la gardienne de mon fils m’annonça que je devrais trouver une nouvelle garderie. Déjà que d’en trouver une, c’était un miracle… J’étais désespérée. Alors, je fis un exercice qui s’appelait le dialogue. De la main droite, je me posais des questions et de la gauche, je laissais les réponses s’écrire, spontanément… Ça peut sembler enfantin comme procédé, mais croyez-moi, sans savoir exactement pourquoi je me réponds ceci ou cela, j’y ai trouvé la force de plonger sur le téléphone et de repartir le processus de recherche de garderie à zéro.  J’ai même réussi à trouver une nouvelle garderie quelques jours plus tard – une dame adorable qui a pris soin de mon fiston pendant les 2 années suivantes! L’exercice m’avait tout simplement permis d’exprimer mon angoisse et l’effet apaisant de cette expression libératrice m’a aidé à prendre en main la situation avec plus de recul et de confiance. Aujourd’hui encore, lorsque je me prends la tête à deux mains à cause d’un problème X, je sors mes crayons de couleur et mon cahier et je laisse aller ma créativité afin de retrouver ma si précieuse zénitude! Et la solution se révèle bien souvent à travers mes gribouillis!  J’adore l’art-thérapie!

Tabloïd – Le quotidien à la une!

Il y a longtemps que je ne m’étais attablée devant un recueil de poésie. La faim me tenaillait… j’avais envie d’avaler des images et des mots crus. Voilà donc que ma tante me demande de réaliser un cadeau pour son gendre afin de souligner la sortie de son tout nouveau recueil. Pour un poète, quoi de mieux qu’une coupe de vin à l’effigie de sa création?

Par curiosité, je me procurai le fameux recueil de Mathieu K. Blais intitulé Tabloïd. Et, je le dévorai en une soirée! Il faut dire que j’avais vraiment faim, mais aussi, que l’œuvre en valait la lecture. Lire de la poésie, lorsque bien ficelée, est un véritable plaisir : déchiffrer, analyser les images, se délecter d’un assemblage de mots dont le fil conducteur est à peine sous-entendu ou carrément crié.20151021_113838

Et Mathieu K. Blais maitrise l’art des images fortes. Il décortique le quotidien et ses petits gestes en leur conférant une aura de souffrance d’automate : « j’enfile ma présence », « chaque matin, le remake inoubliable de chaque matin »… La vaisselle sale devient une constatation de l’existence de ce monde bien réel… et la nourriture reflète le petit quotidien bien ordinaire, l’ennui et la lassitude qu’il génère et que l’on voudrait moins ordinaire. Entre « le beurre de peanut » et le « grilled cheese », le parfum du « steak haché » de la voisine prend des airs de roman-feuilleton.

Pendant quatre saisons où chaque page s’amorce par « Chaque matin », le quotidien pourrait se définir par sa présence dans les événements de l’actualité, mais ne le fait pas. Il se construit d’anodins événements répétitifs qui attendent. Le quotidien se livre à nous comme une guerre où les « miss météo [tombent] au combat ». Mais pendant ce temps, il y a « les caméras qui salivent », la voisine à la « bouche comme un grand livre ouvert », les actualités qui bombardent le temps qui passe et la surconsommation.

Vivre pour aboutir à la vieillesse, à la fin de vie, auxquels il fait référence de façon récurrente : « le cancer qui ne se tanne pas de jouer à la chaise musicale électrique ». La maladie, la salle d’attente, le refroidissement de l’être jusqu’à sa fin. Tel un tabloïd, le recueil du même titre nous saisit dans notre ordinaire quotidien pour nous présenter un festin poétique où se côtoient les patates pilées et les éclats d’obus qui n’en seront pas.

20151009_175839Alors, j’avoue : je suis vendue! La prochaine fois que Mathieu K. Blais publiera un recueil de poésie, je me ruerai à la première librairie pour me le procurer et cette fois, ce ne sera pas parce qu’il est le copain de ma cousine, mais parce qu’il s’avère un excellent poète dont l’écriture est un véritable plaisir à décoder! J’adore et je vous le conseille fortement – accompagné d’un verre de rouge pour compléter le tableau épicurien et déjouer la morosité de votre quotidien…

Tabloïd – Mathieu K. Blais – Éditions Le Quartanier (disponible sur le web via les grandes chaines de librairies telles que Archambault, Renaud-Bray, etc.)

 

Dix minutes par jour

C’est lundi, c’est l’Action de grâce, c’est journée de congé pour plusieurs… Que faites-vous lorsque vous êtes en congé? Voyez-vous cette journée comme une journée à remplir d’activités ou comme une journée où la farniente est invitée?

J’ai tendance à opter pour la dernière option. Avec nos agendas bien remplis, et surtout lorsque vient le temps de profiter du dernier congé officiel avant Noël, j’aime bien le savourer lentement, comme une tasse de thé avec un bon livre…

Si vous aimez les lectures feel good, légères et inspirantes, je vous suggère le livre suivant : Dix minutes par jour, de l’auteure italienne Chiara Gamberale. Dans ce roman qui prend un peu la forme d’un journal intime, Chiara nous livre son expérience personnelle.

Elle a une vie de rêve, un mari, un boulot de chroniqueuse branchée… et un jour, elle perd tout. Sans mari, sans boulot, elle décide de remonter la pente en consultant une psychologue qui lui donne un exercice particulier à faire pendant un mois. À chaque jour, elle doit prendre 10 minutes pour faire quelque chose de nouveau : faire des crêpes, marcher à l’envers, planter de la laitue… Bref, ça peut être anodin ou farfelu, mais ça doit être quelque chose qu’elle n’a jamais fait…

Et la réflexion que nous amène ce roman est très simple : à quand remonte la dernière fois où j’ai fait quelque chose pour la première fois? Et on ne parle pas ici des premières fois que sont les grandes étapes de la vie, mais de ces petites choses qui nous passent sous le nez dans notre quotidien et créent un petit wow!

La première fois…   qu’on croque dans un litchi, qu’on promène un chien, qu’on s’arrête dans un sentier pour observer des oiseaux, qu’on assiste à un vernissage d’artiste, qu’on sort dehors sans maquillage, qu’on fait un casse-tête de 1000 morceaux…

Il n’y a pas d’âge pour la découverte, pour la curiosité et la nouveauté. Lorsque notre vie ressemble au jour de la marmotte, ça ne prend qu’un défi de 10 minutes par jour pour sortir de notre sacré zone de confort et oser. Dix minutes par jour, c’est peu donner pour tout ce qu’on a à y gagner… Mais encore, sommes-nous prêts à nous accorder 10 minutes de notre temps dans une journée?

Et si on commençait par s’offrir 10 minutes en cette journée de congé?