Crazy Train!

Les gens passionnés sont inspirants!  Je parle ici de ces personnes qui se prennent d’amour pour un domaine, un sujet ou même, une idée, je les admire!  Quand ils nous partagent leur passion, on voit leur regard s’allumer, on entend le débit de leurs paroles s’accélérer, on ressent leur corps entier qui s’anime d’une excitation incontrôlable. Je les aime parce qu’ils sont curieux, parce qu’ils sont contagieux, parce qu’ils sont fascinants et que, même si on n’arrive pas à s’emballer de la même façon pour leur sujet de prédilection, on réussit à saisir l’essentiel de leur émotion, pure et simple.

20160201_102208Quel est le lien avec la toile que je désire vous présenter en ce moment?  Le sujet de mon œuvre, mais aussi son destinataire. En fait, il s’agit d’un tableau que j’ai transformé. Le cadre orné de fioritures dorées, de vert émeraude entourait une toile de fond de style nature morte avec des fruits. Il décorait la cuisine d’Éric, un ami de longue date qui est aussi le batteur de mon groupe de musique. Nous prenions une pause entre le premier et le deuxième set, réunis dans la cuisine, et j’avais le fixe sur ce fameux cadre. En me disant que les chances sont minces que le cadre en question soit un objet d’art ayant une quelconque valeur sentimentale, je lui demandai spontanément : « Que dirais-tu si je partais avec ton cadre et que je remplaçais ces fruits par un train? ».

Parce qu’Éric, c’est un passionné de train. Il travaille depuis plusieurs années comme wagonnier pour le CN. Quand il parle de ses trains, ses yeux s’animent!   Tellement qu’il s’est acheté une maison à St-Appolinaire, en banlieue de Québec, avec les rails du chemin de fer directement dans sa cours (ou presque!). Quand le train passe, la maison tremble et… Éric plane!

20160202_164706

Alors, je suis partie avec le cadre et je suis passée en mode train! J’ai commencé par retirer la toile du cadre, j’ai appliqué un apprêt et j’ai repeint le cadre en noir. J’ai ensuite fait un brossage à sec avec du gris pour donner un effet usé au cadre pour ensuite sceller le tout avec un vernis lustré. Pour la toile, j’ai utilisé une toile cartonnée de 16 X 20 que j’ai recouverte de coupures de journaux pigées ici et là sur le net, ayant toutes le train pour sujet : vieux articles, billets de gare, articles sur l’Intercolonial Railways, les partitions de Crazy Train…  Je les ai collées au Mod Podge pour ensuite les recouvrir d’un glacis gris. J’ai tracé la silhouette du train, je l’ai recouverte de pâte de structure et j’ai finalement peint un train… pour la première fois de ma vie!  J’ai unie ma passion pour l’art à celle de mon cher ami qui pourra désormais admirer, dans sa cuisine, son fameux Crazy Train!

 All aboard… Ha! Ha! Ha! …  I’m going off the rails on a crazy train!

Un amour de tatouage!

Dans la jeune quarantaine, ma collègue Julie a eu le bonheur, en septembre dernier, de devenir « grand-mamour »!  Fière de cette nouvelle génération qui se pointait le nez par un beau matin d’automne, mamie Julie ne se pouvait plus de bonheur, tant qu’elle ressentit le besoin de se faire graver son amour grand-maternel dans la peau… Alors, elle fit ce que nous faisons tous lorsque nous désirons un tatouage esthétique et digne du nom : une recherche d’images sur le net.

Des fleurs, des fioritures, une empreinte du pied de son petit…  Elle me confia tout ça en me demandant de lui créer un dessin pour son tatouage. C’était la deuxième fois que je faisais un dessin pour un tatou. La première, c’était une ébauche pour le mien. Cette fois-ci, j’avais un mandat bien précis et j’acceptai le défi avec confiance. Mais aussi beaucoup d’incertitudes…

Je fis comme d’habitude. Quand je n’ai pas le flash qui amorce le processus de création, je le dépose sur ma table de chevet et je laisse mon inconscient travailler. Et un matin, je me réveillai en sachant exactement comment lier tous ces éléments ensemble. Une fleur entourée de fioritures qui incarnent les branches, un bourgeon pour représenter la naissance et l’empreinte du pied de bébé bercée par une de ces branches, dans un geste protecteur.

Je m’attablai donc avec mes feutres et mes Prismacolor et le dessin jaillit, après quelques essais. La réponse de Julie fût instantanée et le dessin prit la direction de la poste pour atterrir sur le bureau du tatoueur. Quelques ajustements furent nécessaires pour adapter le dessin au médium du tatouage et Julie y ajouta sa touche personnelle. Le résultat est superbe et lui permettra, dans le futur, d’y ajouter les empreintes de ces prochains petits mamours!

Un cabaret décoratif de Noël!

Question de me plonger dans l’esprit des fêtes, j’ai décidé de bricoler une décoration de Noël inspirée d’une photo parue sur la page Facebook de Trucs et Bricolages. Ce bricolage peut servir de décoration sur une table de salon ou comme centre de table, mais dans cette dernière optique, elle s’avère lourde et risquée à déplacer! Mieux vaut lui choisir un site où il y a peu de déplacements… Raison de plus pour le bricoler : il est conçu à partir de bouteilles de vin (ou autres) que vous recyclerez!  Alors, si vous désirez, vous aussi, donnez une nouvelle vie à ces bouteilles vides… voici la recette!

Matériel nécessaire :

-Bouteilles de vin vides / bouteille de vinaigre de vin  (en vitre) vides.

-Peinture multi-surfaces Folkart Blanc d’Osier (ou autre couleur de votre choix).

-Sel d’epsom (en vente dans les pharmacies).

-Petit cabaret en bois (Chez Suzan : 15.95$) (ou autre cabaret déjà peint).

-Gesso transparent, scellant ou apprêt.

-Feuille de scrapbooking

-Gel brillant ou mod podge.

-Médium de coulage ou résine (au choix).

-Peinture acrylique pour le cabaret (si non peint).

-Tiges argentées aux couleurs des fêtes (magasins grandes surfaces)

-Cocottes, ruban, boules de Noël (Dollarama)

-Petits chandeliers et chandelles sans flamme (Dollarama)

Les bouteilles :

-Bien nettoyer les bouteilles, enlever les étiquettes (en les trempant dans l’eau chaude savonneuse) et nettoyer la surface des bouteilles avec un tampon imbibé d’alcool à friction.

-Peindre les bouteilles avec de la peinture multi-surfaces (2 à 3 couches). Laissez sécher.

-Appliquer du Mod Podge sur le bas de la bouteille (jusqu’au 2/3) et faire rouler celle-ci dans le sel d’epsom. Laisser sécher.

-Insérer une tige argentée dans chacune selon votre inspiration.

Cabaret :

-Appliquer une couche de gesso transparent (ou autre apprêt). Laisser sécher selon les instructions du produit.

-Peindre le cabaret de la couleur de votre choix.

-Trouver une feuille de scrapbooking de la couleur de votre choix et le couper selon la dimension du fond du cabaret.

-Appliquer une couche de gel dans le fond du cabaret et appliquez la feuille de scrapbooking en veillant à ce qu’il ne reste pas de poche d’air.

-Lorsque sec, recouvrir de médium de coulage et laisser sécher 24h.

Disposer les bouteilles et les éléments décoratifs selon votre inspiration. Et laissez-vous charmer par la beauté de votre création!

20151124_173012

 

 

Explosion nocturne: toile abstraite.

Je vous présente Explosion Nocturne, une toile abstraite que j’ai réalisée pour mon propre décor. Une large pièce de 48 pouces de largeur par 36 pouces de hauteur sur laquelle je travaille depuis des mois!  Je dis des mois parce que…  mon idée de départ était bien différente de cet aboutissement. Après avoir peint, repeint, ajouté des couches de pâtes de structure… j’ai arraché la toile et conservé le cadre pour recommencer à zéro!  Quand l’inspiration bloque et qu’il n’y a plus rien à faire, que le résultat nous fait soupirer, mieux vaut parfois se résoudre à repartir de zéro.

C’est ce que j’ai fait et je ne le regrette pas!  Pour réaliser cette toile, j’ai d’abord créé un fond en faisant un collage de papier de soie à l’aide de Mod Podge, en prenant bien soin de laisser une voie libre pour mes lignes verticales et horizontales  qui forment l’éclat de l’explosion. J’ai peint le fond en peinture acrylique mauve et j’ai ensuite ajouté une couche de médium de craquelure le long de ces deux lignes préalablement peintes en noir. Par la suite, j’ai enchaîné des superpositions aléatoires de mauve, de blanc, d’argent…   et finalement, de jaune (un conseil de mon copain!) pour ajouter une touche de luminosité. Et voilà!

Cette toile surplombe le foyer de notre salon et vient contraster, de son style contemporain, avec l’allure champêtre de notre mur de bois. C’était l’objectif : casser l’aspect rustique (malgré lui) de notre décor.  J’ai aussi donné suite à une autre toile que j’avais réalisée au printemps dernier en reproduisant cette explosion lumineuse d’une autre façon… en me l’appropriant, finalement.

20151124_091229Ce qui est intéressant de la peinture abstraite, c’est qu’elle fait jaillir des formes et des représentations issues de notre moi profond…  Ces jeux de matières créent souvent des effets inattendus. Dans ce cas-ci, ce sont les nervures mauves-grises qui descendent jusqu’au centre de l’explosion…  On dirait des artères qui entourent le cœur de ma toile (voir le gros plan ci-haut). Des artères protectrices ou des artères gonflées de colère?   Seul mon inconscient le sait…

Mes demoiselles!

Je vous présente Mes Demoiselles! L’idée de départ de cette série de tableaux m’est venue de deux toiles réalisées par l’artiste Peggy Petit et parues dans le magazine L’Artiste en Moi en 2011.  Sur la première « Love is Art », j’aimais les bandes de livres qui entourent le personnage. Sur la deuxième « Reine de cœur », c’est l’aspect thématique, l’expression en lien avec un élément de la demoiselle, qui je désirais utiliser.  Voici les toiles inspiratrices en question :

©Peggy Petit.

©Peggy Petit.

©Peggy Petit.

©Peggy Petit.

J’ai donc réalisé une série de 5 toiles. Pour les 5, le processus est le même, mais la thématique change. D’abord, une toile galerie de 16 X 16 pouces. Je commence par peindre le fond avec une couleur contrastante (acrylique). Les bandes de livres sont collées au Mod Podge pour établir le cadre et sont soulignées à l’aide d’un crayon aquarellable (Derwent Inktense) noir. Les fleurs sont un collage fait à partir d’une feuille de musique (collées au Mod Podge également). Les bijoux et le centre des fleurs sont des petites paillettes ou des fausses perles achetées au rayon d’artisanat chez Dollarama.

Les demoiselles ont toutes le même visage, mais j’ai varié la couleur des cheveux (ainsi que la coiffure) et des yeux. Pour les robes, c’est un collage réalisé à partir d’une page de scrapbooking choisie en fonction du thème évoqué.  L’illustration en lien avec le thème est peinte à l’acrylique. Et l’expression est imprimée avec la police d’écriture « Gigi », collée avec du Mod Podge et encadrée en noir avec le crayon aquarellable. Les ronds sont faits avec des bouchons de bouteilles d’eau trempés dans la peinture acrylique et des barioles au pastel aquarellable sont effectuées ici et là sur le fond de la toile.

Il en résulte une série de toiles qui se distinguent l’une de l’autre par le contenu, mais se rejoignent dans la technique.

13- chapeau melon

Chapeau Melon : un fond vert, une robe couleur melon, une demoiselle rousse aux yeux verts, une tranche de melon d’eau.  C’est la première que  j’ai réalisée.

Rose Bonbon : certains l’ont qualifiée d’autoportrait!  Un fond gris, une robe rose avec des roses comme motifs, une demoiselle aux cheveux blonds et aux yeux bleus, une poignée de bonbons.14- rose bonbon

15- reine du discoReine du Disco : je la voulais typique d’une dancing queen.   Fond violet, robe à paillettes, cheveux afro et yeux bruns, ainsi que la fameuse boule disco!

Madame Ladybug : c’est une demande spéciale d’Isabelle. Lorsque j’ai publié Chapeau Melon sur ma page Facebook, elle me lança le défi d’en réaliser une affichant une coccinelle. Je lui ai donc présenté cette demoiselle arborant une robe estivale fleurie et jaune accompagnée d’une belle grosse coccinelle. Et elle l’a adoptée! 17 - madame ladybug

16 - perle rare

Perle Rare : celle-ci a également trouvé preneur!  Je la voulais à thématique perlée! Une robe à motif de perles et de dentelles, une blonde aux allures de sirène, et une huitre à perle entourée de coquillages collés pour appuyer le thème.

Lorsque je vous parlais de la valeur inspiratrice des magazines d’art créatif il y a quelque temps, c’est à ce type d’adaptation que je faisais allusion. Les consulter peut, en effet, générer de nouveaux projets avec lesquels vous vous appropriez la technique. Tout le crédit de l’idée de base va à Peggy Petit, bien entendu, mais il a quand même fallu que je me creuse les méninges pour trouver une identité propre à chacune de mes demoiselles!

Les ponts de Québec

Je vous présente la demande spéciale de mon amie Nancy!  Elle désirait une toile qui représente les deux ponts de la Ville de Québec, soit le vieux Pont de Québec et le Pont Pierre-Laporte. Le tout, sous un ciel ombragé qui ne viendrait pas voler la vedette aux 2 beautés qui surplombent le Fleuve Saint-Laurent.

Il s’agit d’une toile galerie de 36 par 18 pouces réalisée en techniques mixtes, soit avec de la peinture acrylique et une technique de collage. En effet, pour donner du relief au fleuve, j’ai collé du papier de soie au Mod Podge, sur lequel j’ai enfilé des couches de bleu et de gris ainsi que du « midnight blue » en glacis. Pour le rocher qui apparait en premier plan, j’ai utilisé de la pâte de structure. Et, question d’ajouter un petite touche colorée sur le fleuve, j’ai peint une représentation du Louis-Jolliet voguant sur un fleuve plus ou moins calme.

Afin de réaliser cette toile, moi et mon copain, on a pris quelques photographies à St-Nicolas, sur la rive-sud de Québec. Nous avons trouvé une petite rue qui mène au bord du fleuve et qui donne une vue idéale des deux ponts. Vous désirez une toile personnalisée pour décorer votre demeure?  N’hésitez pas à me contacter!

New York, New York!

Une de mes collègues désirait que je réalise une œuvre pour orner le bar de son sous-sol. Et lorsque je lui parlai d’une toile représentant une ville que j’étais en train de réaliser, elle eut le flash décisif: Times Square!  En 1997, elle a fait un voyage à New York avec son amoureux et elle s’est éprise de l’ambiance qui règne sur Times Square dont la comédie musicale The Lion King sur Broadway à laquelle elle a assisté, les taxis jaunes et la foule…  Je lui demandai de me fournir une photo qui représentait ce qu’elle avait en tête et je lui promis de le représenter à ma façon.

D’abord, je devais me réapproprier les dimensions de la photographie puisque celle-ci était à l’horizontale, alors qu’elle désirait une toile à la verticale (18 X 36 pouces).  Ce fût un  travail laborieux, mais tellement agréable à effectuer!  Et la réaction de ma collègue a valu tous les efforts que j’y ai mis!

D’un autre côté, la réalisation de cette œuvre a fait naître une étincelle… J’ai été chercher quelques guides voyages pour m’inspirer et, d’ici un an ou deux, j’irai voir de mes propres yeux ce fameux Times Square!  Voici la photo avec laquelle j’ai créé la toile…

New York Times Square

Le portrait d’Anyssa

02 - toile anyssa

Crédit Photo: Anyssa Labrie-Roussel

Lorsque j’ai commencé à faire de la peinture, il était hors de question que je m’attaque à la représentation de visages. Cela me semblait trop complexe pour mes petites ambitions d’artiste autodidacte et la confiance ma manquait. Sauf que… j’ai vaincu ces craintes et je me suis lancée sur l’analyse des traits du visage humain. J’ai été séduite par l’interprétation du regard, par l’analyse des couleurs d’une chevelure, par la minutie incomparable que nécessite la traduction d’une émotion. Mais surtout, j’ai commencé à regarder le visage différemment. Avec ses ombres, ses couleurs, ses formes…

Et je suis tombée sur cette magnifique photo de la fille de mon amie Geneviève. La belle Anyssa, une ado aux yeux verts, à la crinière rousse et dotée d’une personnalité bien affirmée. Si elle savait comme je lui envie la couleur de ses cheveux! Moi, la nature m’a picotée de taches de rousseur, mais n’a fait son travail qu’à moitié… Je suis née avec une chevelure ordinairement châtaine que je pâlis depuis de nombreuses années. J’aurais tellement voulu être rousse! Alors, j’ai devant moi ce selfie d’Anyssa et il m’inspire….

L’angle du visage, la proximité du regard, ce plan serré (centré sur le visage) nous livre une part d’intimité qu’elle m’a prêtée, le temps de la réalisation de cette toile. Alors, j’ai analysé le selfie d’Anyssa. Ses yeux, verts au premier coup d’œil, contiennent également des pigments bleus et jaunes… Sa chevelure, rousse, s’est construite à coup de pinceaux de terre de sienne brûlée, sienne naturelle, orange, brossage à sec d’or empereur et des lignes grossièrement appliquée au couteau pour donner du mouvement, de la texture à cette superbe crinière. La photo surexposée donne une blancheur au visage et en atténue les ombres. Et les lèvres, pâles, ont été réalisées au pinceau éventail avec l’application d’un gel brillant pour leur donner un peu de volume.

J’ai opté pour le grand format, une toile galerie de 30 X 40 pouces, afin de créer un portrait figuratif, mais non réaliste. Mon objectif n’était pas de reproduire fidèlement chaque détail du visage d’Anyssa, mais d’en reproduire les points saillants afin de faire ressortir les couleurs qui illuminent la beauté de cette adolescente.

L’Art et la Beauté

Mes œuvres font la belle vie! Elles ont le plaisir de partager le quotidien d’un salon de coiffure et d’esthétique. Alors, j’imagine qu’elles en entendent de toutes les sortes! En effet, depuis quelques mois, Coiffure Renaissance et le Centre de Beauté Angélique situés au 67, rue Fraser à Rivière-du-Loup, me font l’honneur d’exposer quelques-unes de mes toiles sur leurs murs.

Quel lien y a-t-il entre mes toiles et les soins de beauté? Je vous dirais que les deux ont été créés pour le plaisir de l’œil! Le goût du beau et la recherche de l’esthétique, certes, mais aussi la détente engendrée par l’un et l’autre, la manipulation des couleurs et des pinceaux, le besoin d’expression et le caractère unique de chaque personnalité.

20150922_170901

Je profite de l’occasion pour les remercier de m’offrir cet espace de visibilité et je vous invite à vous offrir une métamorphose beauté ou une pause détente cet automne en allant observer certaines de mes premières œuvres!

 

20150922_17163520150922_17100412053394_10153244179787399_1846239981_n

Le regard dévoilé.

Cette œuvre s’avère le point de départ de cette belle aventure! En avril 2014, je me suis inscrite à un atelier d’art abstrait que donnait le Musée du Bas-St-Laurent. Pour quelques dollars, je m’offrais une tentative de connexion avec moi-même par le biais de la couleur. Douteuse par rapport à mon talent pour l’abstraction artistique, je choisis de vivre le tout comme une expérience visant à me sortir un peu de ma zone de confort.

La première partie, théorique, nous présentait l’art abstrait, ses courants et les artistes qui en ont dominé la scène : Kandinsky, Mondrian, Pollock, etc. Pour certains, l’art abstrait n’est rien de plus qu’un amas de taches sur une toile. C’est qu’il faut aborder l’art abstrait dans un esprit totalement différent de l’art figuratif : son interprétation relève de votre propre imagination. Vous devez oublier vos conceptions habituelles et votre logique bien-aimée et laisser jaillir les émotions que l’œuvre suscite. Vous y verrez une représentation de quelque chose qui vous est propre.

Pour l’artiste, la toile devient alors un espace où la liberté prend toute la place. Formes géométriques, dripping (laisser couler la peinture), tachisme (éclaboussures)… Plusieurs techniques qui font jaillir la créativité et rejoigne l’enfant en nous. Et que l’on se salisse (plastiques, vieux vêtements et protège-meubles essentiels)!

Pour la toile que j’ai réalisée lors de cet atelier, l’exercice était très inspirant! En effet, le professeur passait devant chaque tableau et y effectuait un trait vague au pinceau, différent pour chaque toile. Dans mon cas, cela ressemblait à une tête de serpent, un genre de C allongé… Alors je suis partie de cette interprétation très personnelle et je fis une pomme à coup de traits larges… du vert, du rouge, des taches, des éclaboussures… Je laissai aller mon intuition. Lorsque chaque participant eût terminé son œuvre, nous faisions le tour des chevalets en groupe. Arrivés à la mienne, une participante me fit remarquer qu’il y avait un œil au centre de ma toile… Et oui! Un œil involontaire s’est peint (tout seul!) de par ces coups de pinceaux. Regardez au centre de la toile et vous le verrez…

J’ai décidé de l’interpréter comme une révélation inconsciente… Un regard qui me disait : regarde-toi! Regarde ce qu’il y a au fond de toi… Et j’y ai trouvé une artiste bien enfouie. Une artiste au regard dévoilé.

19- empreinte 20150220_105213

Voici deux autres toiles abstraites que j’ai réalisées (des reproductions) qui avaient pour objectif d’expérimenter les textures, les formes, le mouvement libre…