L’art de trouver le héros en soi

Le noir. Le néant. Il y a de ces tempêtes dans une vie qui nous confrontent à ce que nous sommes. À nos faiblesses comme à nos forces. Et la question inévitable qui se dresse à l’horizon : vais-je passer à travers?  Survivrai-je à ce tourbillon d’idées sombres, à cette peur viscérale, à ces éclats de vie qui explosent au passage?  Seul dans un fossé, écrasé par une longue nuit noire, le corps à l’abîme, Gilles Morin vivait un moment charnière de sa vie qui donnerait naissance au héros que l’on connait aujourd’hui. Gilles Morin, l’intrépide et réputé casse-cou, a quitté la fougue de sa jeunesse ce soir-là du 11 juillet 1982 où la fatigue lui fit perdre le contrôle de sa motocyclette. Celle-ci frappa un mur de roc pour s’engouffrer dans un profond fossé. Un fracas suivi d’un silence où, pendant de longues heures, il attendit une mort certaine. Dans son esprit, dans ses projets, dans son avenir. Mais aussi, une naissance. Lente, progressive, ardue.

Un travail long et difficile

On croit souvent, à tort, que les héros sont propulsés dans un univers glorieux où les reconnaissances et les médailles pleuvent. Que l’illumination survient spontanément comme une apparition divine. Gilles pèse ses mots lorsqu’il affirme que ça lui a pris vingt ans à devenir son propre héros, avant de véhiculer son message de conférence en conférence, d’un projet à l’autre, avant de sensibiliser les jeunes aux risques de leur propre vulnérabilité profondément enfouie sous un masque téméraire valorisé par leurs pairs. Il les incite à se méfier de cet âge où le risque n’est pas une menace, mais un carburant puissant et euphorisant. Et le récit de Gilles réussit à atteindre ses objectifs : sensibiliser la jeunesse, transcender la souffrance, éveiller les héros.

Gilles_vélo

Vous croyez que la vie ne peut plus rien vous apporter de positif?  Imaginez-vous vivre trois mois d’hospitalisation et de souffrances, recevoir un diagnostic inébranlable, soit celui de ne plus jamais marcher. Et trouver la force de ne pas sombrer?  Oui, c’est possible! Cette transformation ne se vit pas sans avoir vécu la rage, la colère, les deuils. Chacun a cette force qui peut émerger des profondeurs : une énergie,  une volonté de rebondir…  Comment la trouver?  D’abord, savoir être à l’écoute. Il peut s’agir de saisir au passage une idée lancée au vol, comme ce fût le cas pour Gilles. Pour lui, ce fût celle de jouer au basket en fauteuil roulant.  Déjouer la fatalité d’une situation en la transformant en opportunité et s’entourer de gens susceptibles de nous mener vers notre objectif.  Il a su accepter l’aide d’un entraîneur chevronné afin de se dépasser dans la pratique de son sport. Il est devenu  athlète dans les équipes provinciale et canadienne de basketball en fauteuil roulant, cumulant plus d’une trentaine de médailles, visant rien de moins qu’une participation aux Jeux Paralympiques. C’est ce qui le sauvera : croire en son potentiel, le plaisir de travailler en équipe, avoir le courage de se relever.

L’importance de la reconstruction

N’est-ce pas ce qui fait l’étoffe des héros?  La chute!   Tomber, échouer, se briser pour ensuite se relever, se reconstruire, se réinventer. Les héros de Gilles Morin ont tous vécu cette brisure un jour dans leur vie. Ils ont tous vécu une chute pour ensuite savoir retrouver la force d’évoluer vers leur propre héros. Les héros tombent, les héros se relèvent. Dignement, fièrement, humblement. Mohamed Ali, Georges St-Pierre, Rick Hansen, Michael Jordan, Stéphane Laporte, André Agassi, Mario Lemieux font partie de ceux qu’il admire pour avoir su trouver leur force dans l’épreuve, des personnalités qui l’ont inspiré dans sa quête personnelle, mais il a aussi su se forger sa propre identité, devenir son propre modèle de héros. S’inspirer des grands, mais croire en soi, avoir confiance en ses moyens. 

Et c’est le message qu’il véhicule, jour après jour. Il faut croire en ses possibilités. La vie est immensément remplie de chances à saisir, que l’on soit allongé sur un passé rempli d’épreuves et d’échecs ou que l’on soit ordinairement choyé par la vie, chaque humain a le potentiel de changer le cours de sa vie. C’est entre les deux oreilles que ça se passe, les siennes et non celles des autres. Il faut, en effet, savoir se détacher du regard d’autrui. Il y aura toujours des jaloux et des envieux qui n’ont pas su faire évoluer leur propre potentiel et qui auront des mots hargneux envers ceux qui ont su le faire. Le vrai héros n’aura pas besoin d’approbation sociale pour se réaliser. Il n’a besoin que d’être en accord avec ses accomplissements et de respecter ses valeurs profondes. Pour Gilles Morin, cela s’est concrétisé de nombreuses façons, mais en général, il a su s’allier avec des gens qui ont cru en lui pour ainsi, avancer avec ceux qui désirent aller de l’avant. Les autres n’ont pas eu d’emprise sur ses projets, ses rêves et encore moins sur son succès et sa capacité à en gérer les retombées.

Il sait qu’il a dû croire très fort en lui pour réussir à surpasser les diagnostics, les déboires et de nombreux deuils. Il a dû puiser dans son intériorité afin de développer cette ténacité qui lui a permis de devenir celui que l’on connait aujourd’hui. Son cheminement, il le diffuse à travers ses conférences et ses interventions diverses, mais son objectif premier n’est pas de briller, mais bien de réussir à allumer en chacun une étincelle d’espoir. Un espoir qu’il sait réel et à portée de tous. Plus qu’un espoir, une réalité : pour vaincre l’adversité, il faut savoir trouver votre propre héros.

Un héros sans costume

Et maintenant…  si c’était vous, ce héros? Sans costume, sans superpouvoirs, en toute humilité, Gilles Morin est un héros, comme vous et moi avons la possibilité de métamorphoser nos épreuves en réussites inspirantes. Il faut savoir puiser ce qu’il y a de plus profond en nous pour vaincre la peur… la peur de quoi au juste?  La peur de soi. Les héros n’ont pas tous une tribune pour faire valoir leurs qualités incroyables, mais ils ont ce pouvoir de changer le monde un geste à la fois.

Voici quelques-uns des accomplissements de Gilles. Des morceaux de vie qui, au fil des années, lui ont permis de devenir le héros qu’il incarne aujourd’hui auprès de ceux qui sont de fiers témoins de son cheminement.

  • Marcher à l’aide de cannes adaptées, autonome et fier, malgré un diagnostic de paraplégie.
  • Devenir entraineur de basketball en fauteuil roulant et fonder l’équipe RDL Express à Rivière-du-Loup même si une blessure l’avait forcé à prendre sa retraite.
  • Surmonter les problèmes de consommation et une longue dépression afin de devenir son propre modèle. Aujourd’hui, il nous offre à travers ses conférences une leçon de vie incroyable où il invite son auditoire à se battre, à ne jamais abandonner malgré les embûches que la vie met sur notre chemin.
  • En tant qu’homme d’affaires, s’impliquer sérieusement dans la recherche sur la moelle épinière, mais aussi collaborer au développement de la région du Témiscouata.
  • Voir son courage reconnu à maintes reprises. Il fût, entre autres, récipiendaire de la médaille Rick Hansen en 2011 et de la prestigieuse médaille du Jubilé de Diamant de la Reine Elizabeth II en 2013 pour son implication au service canadien.
  • S’impliquer, encore et toujours, dans la promotion du sport auprès de notre jeunesse actuelle et future, notamment pour les Jeux du Québec de 2021 où il agit comme responsable du sport adapté.
  • Émerger de l’ombre d’un destin tragique afin de se projeter dans la lumière. Un homme qui s’est sauvé la vie et qui, par son discours inspirant, en a sûrement sauvé de nombreuses autour de lui…

Événement à ne pas manquer : Gilles Morin et le nageur témiscouatain Guy Dumais seront les têtes d’affiche de la soirée « Jeannine rencontre… » qui se tiendra au Beaulieu Culturel du Témiscouata le 28 avril prochain. Une rencontre/causerie en formule 5 à 7, animée par Jeannine Viel, qui portera sur le thème de la résilience.

À lire : De l’autre côté du mur – Louise Tremblay-D’Essiambre – Éditions Guy Saint-Jean, 2001.

À consulter : le site web gilles-morin.com afin d’en savoir plus sur l’auteur-conférencier. Vous pouvez également suivre les actualités de Gilles Morin via sa page Facebook officielle.

À visionner: Ébloui par la nuit – un court-métrage réalisé par Jean-Jacques Gantois, Marc-André Valcourt et Gilles Morin. Disponible dans la section Média de son site web.

Crédit-photos:  Toutes les photos de cet articles sont la propriété de Gilles Morin. Les (superbes) portraits ont été réalisés par le photographe @Jonathan L’Heureux.

Gilles_beaulieu 17

 

Berthier Bérubé: le sculpteur d’histoires

Un bloc, une bûche, une souche. Pour Berthier Bérubé, ils incarnent tous un espace mythique d’où peuvent jaillir des histoires, des navires en bataille, des oiseaux de proie, au gré de son imagination. À chaque pièce, son défi. C’est d’ailleurs son inspiration première : le défi. Se dépasser d’une œuvre à l’autre, peaufiner la technique, mais avant tout, renouveler le plaisir de créer.  Sans plaisir, les œuvres de monsieur Bérubé ne dégageraient pas toute cette énergie, cette force qui leur donne un caractère unique.  Un véritable hommage à la nature dont il nourrit sa vie d’artiste.

Il faut voir ses œuvres pour comprendre leur difficulté d’exécution. Celles-ci sont créés en profondeur avec une succession d’éléments finement travaillés en avant-plan, telles de minces feuilles de bois, et d’autres en arrière-plan qui créent un tableau en effet 3D.  Il faut s’approcher pour examiner la minutie avec laquelle chaque détail est sculpté et le relief de chaque élément. Impressionnant, fascinant et captivant! De la sculpture de haute voltige pour laquelle il a reçu la reconnaissance de ses pairs, un passage essentiel pour atteindre le statut d’artiste professionnel, surtout lorsque l’on est autodidacte. En fait, le sculpteur Berthier Bérubé est un artiste dans l’âme depuis son tout jeune âge où il a rapidement compris que le bois possédait un éventail incroyable de possibilités. Des études dans le domaine de la construction lui ont confirmé sa nature imaginative et sa passion pour la création.

Il s’est donc mis à sculpter des bas-reliefs d’une précision et d’un raffinement incroyables. Pièce par pièce, le bois lui dicte le chemin à suivre pour réaliser ses œuvres. Sa matière première, des essences de bois très variées (merisier, noyer, hêtre, etc.), présente parfois des particularités par lesquelles il se laisse guider. Des nœuds, des pièces qui s’effritent, des zones vides, des racines, des rainures qui transforment cette pièce et lui confère une histoire bien particulière. Comme il le dit si bien: « chaque sculpture a son histoire ». Parfois, il doit également étoffer ses recherches  afin que ses œuvres traduisent le respect qu’il a pour ses sujets et, bien souvent, il impressionne la galerie par sa précision et son souci du détail.  D’ailleurs, chaque oeuvre nécessite un minimum de trois mois de travail. Ce temps est parfois multiplié selon la complexité de la composition ou encore, la solidité du bois (l’hêtre, par exemple). Pour ses roses en bois de cèdre, délicates et raffinées, il lui a fallu 8 ans pour arriver au résultat final. Un travail de moine qui l’amène toujours plus loin dans l’art sculptural.

De nombreux symposiums, des événements artistiques réputés (de Montréal à la Gaspésie) et, bien sûr, de nombreux prix, reconnaissances et mentions jalonnent son parcours artistique. Parmi ceux-ci : le Prix Coup de Cœur Arrmand Vaillancourt lors de la Rencontre des Arts à St-Jean-sur-Richelieu en 2015 (d’ailleurs, monsieur Vaillancourt lui a fait l’honneur de se porter acquéreur d’une de ses œuvres en 2016), le prix du public 1ère position en tant que sculpteur au Symposium International de peinture et sculpture du Saguenay Lac-St-Jean en 2016, le prix du public de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec (AIBAQ) en 2014, 2015 et 2016, sans oublier son adhésion à la plateforme Césure (cesure.ca). Il a également reçu un honneur immense qui l’a profondément touché : la plume guide de l’aigle noir remise par le grand-chef, Guy Frigon, de la Confédération des peuples autochtones, un prix en lien avec ses valeurs artistiques et humaines.

20170226_134539

Et, parlant de l’humanisme qui émane de l’artiste, on ne peut parler de Berthier Bérubé sans mentionner son agente (et conjointe) Léonile Caron qui mène, d’une main de maître, avec sa personnalité généreuse et son enthousiasme contagieux, la carrière et les activités de promotion de l’artiste. Leur complicité ainsi que cet amour de l’art et des gens qu’ils partagent tous les deux donnent vie à de nombreux échanges et de belles expériences vécues en symposium. Ces deux êtres dotés d’un entregent indéniable savent semer le bonheur sur leur chemin, quel que soit l’événement où ils nous font l’honneur d’exposer les œuvres impressionnantes du sculpteur.

Lors de ma visite à son atelier situé à St-Arsène, j’ai reçu un accueil immensément chaleureux! J’ai eu le privilège, entre autres, de voir  ses deux oeuvres en cours de réalisation:  un superbe trio de lynx (une ronde-bosse) ainsi qu’un bas-relief inspiré d’une chanson de Raymond Allard intitulée Tracadièche dont le thème est la déportation de 1755. Cette oeuvre puissante traduit l’incertitude et le courage de ces familles acadiennes ayant traversé la Baie-des-Chaleurs pour finalement arriver à Tracadièche. Elle sera exposée à Carleton-sur-Mer à l’été 2017.

Au-delà de la technique et de la quête personnelle de perfectionnement qui animent Berthier Bérubé, le moteur principal de sa création artistique réside dans le plaisir. Le plaisir de jouer avec le bois, de l’écouter, de voir naître une œuvre qu’il élabore au gré de ses émotions, de son imagination, de sa sensibilité artistique.  Mais aussi le plaisir de rencontrer des gens, de leur parler des histoires que racontent ses oeuvres aux côtés de sa merveilleuse Léonile.

Pour en savoir plus, je vous invite à visiter les sites web suivant (en cliquant sur les liens):

 

Shopping à domicile avec ID de style!

La recette du succès d’une soirée peut très bien se résumer à ceci: des amies, un bon vin, du magasinage et une styliste pour vous conseiller!  Vous vous rappelez de ma chronique sur ID de style – L’art du shopping?  Je vous présentais les services de la styliste louperivoise Isabelle Dubé, l’artiste du style vestimentaire, dont le nom circule de plus en plus en ville et qui vient tout juste d’ajouter une nouveauté à sa panoplie de services. Il s’agit, en fait, d’une solution de magasinage qui vous permet d’allier party de filles et shopping – finalement, le meilleur des deux mondes!

ID de Style s’est associée à la ligne de vêtements européens Elora, des vêtements que vous ne trouverez pas en magasin. Celle-ci conjugue fibres naturelles, tissus de qualité, vêtements confortables et ultra tendances! Qui plus est, les vêtements proposés s’agencent merveilleusement entre eux afin que vous puissiez concevoir des ensembles qui conviendront à diverses occasions. Disponibles dans les tailles 4 à 22, ils sont conçus afin d’habiller agréablement toutes les silhouettes. Vous pouvez consulter le catalogue des vêtements disponibles pour la saison printanière 2016 sur le site web d’ID de style, mais croyez-moi, mieux vaut assister (ou organiser) une soirée Elora: la présentation de ces superbes vêtements, par la styliste Isabelle Dubé, saura vous inspirer, surtout pour ce qui est de coordonner les pièces entre elles. Les conseils d’Isabelle sauront vous aider à faire des achats bien pensés.

iddestyle-01

Le principe est simple. Vous organisez une rencontre avec vos amies, vos collègues, votre famille ou vos clientes et Isabelle s’amène avec son présentoir de vêtements, ses bijoux et l’animation. Que ce soit pour une formule 5 à 7 ou encore, un événement, une soirée, laissez-vous tenter par l’expérience!  J’ai eu la chance d’assister à une soirée Elora et le plaisir est de la partie, assurément!  Le charme d’Isabelle et la beauté de la collection créent la magie!  Vous pourrez voir les vêtements sur place, toucher les tissus et, bien sûr, les essayer!

Pour ID de style, il s’agit d’un magnifique complément à sa gamme de services!  Et les vêtements qui vous sont présentés affichent les tendances actuelles, notamment le style « gypset » qui allie le caractère bohémien de vêtements fluides aux imprimés « gypsie » et l’aspect jet set qui conjugue élégance et fonctionnalité.  Vous y trouverez des pièces classiques – petite robe, jean, veste de denim et veston- ainsi que des pièces plus extravaguantes pour parfaire votre look à la mode parisienne!  Les prix sont abordables et les styles proposés sont assez variés pour plaire à toutes les personnalités! De plus, elle valorise les créations d’une artiste locale en vous offrant les bijoux de Carmas Créations de St-Pascal.

Deux formules vous sont proposées: la première, comme celle à laquelle j’ai participé lors d’un 5 à 7 au Salon de Coiffure Renaissance / Centre de Beauté Angélique, est sans frais et comprend la présentation  des vêtements. La deuxième formule, plus élaborée, comprend une conférence sur les types de silhouettes et des conseils personnalisés pour chaque participante lui permettant de cibler les vêtements de la gamme Elora qui avantagent sa propre silhouette. Pour cette formule, un coût d’admission de 25 dollars par participante est demandé.

Ce type de soirée vous intéresse?  Contactez Isabelle Dubé au 418.868.2121 ou par courriel à iddestyle@gmail.com.

Pour avoir une idée des vêtements de la collection Elora, cliquez sur ces liens ou visitez iddestyle.com:  Printemps 2016 et Été 2016.

 

 

Colorey: de la couleur… et de la magie!

Si vous croisez en fin de journée, à l’épicerie, une jeune dame au sourire sympathique, le visage peint de mille-et-une couleurs, n’hésitez pas à la saluer du nom de sa propre entreprise : Colorey!  Elle en sera ravie et, si elle a déjà maquillé vos tout-petits, ils la regarderont comme la huitième merveille du monde!  Ils l’adorent… et elle le leur rend bien! Colorey, c’est Audrey Pelletier, une artiste-maquilleuse que vous avez probablement déjà croisé dans un festival de la région, qui conçoit des maquillages de fantaisie sur le minois des enfants et, bien entendu, des plus grands!

Tout a commencé vers 2011-2012 où elle se mit à effectuer, pour le plaisir, quelques heures de bénévolat ici et là pour maquiller les enfants lors de représentations familiales au centre culturel. Nait ensuite une collaboration avec les Productions Giard, spécialistes en organisation d’événements. C’est à l’automne 2014 qu’elle décide de se lancer seule en tant qu’entrepreneure et fonde Colorey.10687071_749654138434582_8609947494988684266_n

Colorey, c’est le fruit de son esprit entrepreneurial aiguisé!  Parmi les services offerts, il y a évidemment le maquillage de fantaisie  pour enfants ou pour adultes dans le cadre d’événements ou d’animations, des maquillages pour des occasions particulières dont les fêtes d’enfant pour lesquelles elle a élaboré un forfait d’une durée d’une heure et demie incluant maquillage et animation. Bien entendu, l’Halloween est LE jour de l’année où elle n’ose pas compter les heures!  Elle offre également le maquillage prénatal ou, si vous préférez, le body painting de bedaines de futures mamans!  Lorsqu’elle me parle de ce service, ses yeux s’illuminent!  Bien consciente d’accéder à un espace privilégié de la maternité de ses clientes, elle se dit chanceuse de pouvoir peindre sur les ventres bien ronds de femmes enceintes. Elle décrit l’expérience et son caractère unique puisqu’elle voit souvent apparaitre les coups de pieds de bébé sous la caresse du pinceau! Par la suite, l’œuvre réalisée est photographiée afin d’offrir à la future maman un souvenir de cette expérience magique. Il s’agit d’ailleurs d’un cadeau original et très apprécié pour les showers de bébé!

12029682_10153655273478256_4796083763235265567_o

Autodidacte, Audrey/Colorey doit son talent de maquilleuse à sa curiosité ainsi qu’à ses nombreuses recherches sur le web, à la généreuse transmission de savoirs issue de ses contacts dans le monde du maquillage de fantaisie, mais plus encore, en raison de sa passion toujours grandissante pour ses pastilles de couleurs!  Elle s’amuse littéralement en peignant sur le visage de ses sujets de véritables  œuvres d’arts ambulantes!  C’est d’ailleurs ces visages maquillés se promenant un peu partout qui feront sa renommée, lui permettant aujourd’hui de partager son temps de façon égale entre son travail d’éducatrice spécialisée et son entreprise, et même  d’assurer une présence grâce à quelques collaboratrices, là où sa propre personne ne suffit pas à répondre à la demande! Plus encore, elle donne maintenant des formations de façon sporadique à des étudiants en loisirs désirant ajouter une corde à leur arc!

Professionnelle jusqu’au bout des doigts, Colorey s’avère la seule artiste maquilleuse de la région à faire partie de l’Association des maquilleurs/maquilleuses artistiques du Québec. Cette jeune association fraîchement établie a pour mission d’assurer la qualité de la profession, notamment par des critères de sélection rigoureux. De plus, Colorey utilise des produits de qualité supérieure qui sont conçus pour la peau et qui sont utilisés dans un souci d’hygiène impeccable.

11745536_900741193325875_9017074800944083161_n (1)

Au fil du temps, elle a su peaufiner son talent et aujourd’hui, il n’y a aucune limite (ou presque!) à ce qu’elle peut réaliser comme maquillage. Les enfants lui font parfois des demandes surprenantes!  La plus inusitée fût un piment…  Un enfant désirait bel et bien qu’elle lui dessine un piment sur la joue!  Elle s’est également fait demander un visage à la Mado Lamothe qu’elle a eu beaucoup de plaisir à peindre!  Les demandes les plus courantes : des papillons, des princesses, Olaf et la Reine des Neiges pour les fillettes, Spiderman ou plusieurs super-héros, des dinosaures ou des dragons pour les garçons. Ce qu’elle aime de son art?  L’émerveillement qu’il suscite dans les yeux des tout-petits et le contact privilégié qu’elle a avec eux. Son maquillage préféré? L’œil magique!  C’est la formule qui signifie qu’elle a liberté totale et qu’elle peut créer un maquillage selon son imagination. Auriez-vous imaginé une autre réponse venant d’une artiste telle Colorey?  Les résultats sont toujours impressionnants, colorés et fascinants!

Pour en savoir plus, visitez sa page Facebook ou encore, son site web : colorey.net.

ID de Style: l’art du « shopping »!

Isabelle Dubé a le sourire chaleureux d’une meilleure amie et le flair d’une passionnée de la mode. Depuis son tout jeune âge, elle affectionne les magazines regorgeant de tendances et de modèles de style. Ce n’est qu’à l’automne 2014, où elle assiste à la conférence de pionnières dans le domaine du stylisme personnalisé Les Effrontés, qu’elle ressent LE déclic. La réponse à son questionnement professionnel est immédiate : elle veut devenir styliste!  Elle s’affaire donc à une formation intensive de 6 mois où elle apprend les rudiments du stylisme. En fait, il s’agit d’un travail colossal qui implique d’apprendre le métier de A à Z afin de répondre adéquatement à une demande grandissante de la part des consommatrices (et consommateurs!) qui désirent réaliser des économies à long terme par une gestion efficace de leur garde-robe.

Savoir déceler les couleurs idéales en fonction du teint du sujet, connaitre chaque type, chaque coupe de vêtements, apprendre le vocabulaire de la mode, les textiles, les fibres et leurs particularités. En théorie et en pratique, l’apprentie styliste apprend à conseiller ses futures clientes dans leur magasinage afin qu’elles puissent trouver des vêtements qui conviennent à leur silhouette, leurs couleurs et leur style de vie. Son objectif?  Vous apprendre à faire des choix qui mettront votre beauté en valeur. Isabelle fonde donc la première entreprise de stylisme à Rivière-du-Loup : ID de Style, un nom qu’elle avait en tête depuis ses toutes premières démarches! Comme s’il lui avait été prédestiné, ce nom s’inscrit naturellement dans son parcours professionnel!

Vivre l’expérience de faire appel à une styliste est un cadeau inestimable à vous offrir (ou à offrir à une amie) et différentes façons de la vivre vous sont proposées. En fait, trois expériences distinctes :

L’analyse de silhouette : Isabelle vous rencontre et discute avec vous afin de déterminer quels sont les styles à favoriser, les coupes à privilégier, les couleurs idéales pour vous. Vous repartez avec un portrait précis des éléments à considérer lors de vos prochains magasinages de vêtements. On entend souvent parler des silhouettes classiques (en A, en X, en V…) mais sachez que la liste est beaucoup plus vaste que ce que l’on en sait! Et les mythes reliés à ces silhouettes typiques sont nombreux…  Cette rencontre vous donnera l’heure juste avec une professionnelle qui a l’œil, mais surtout, en qui vous pouvez avoir entièrement confiance.

La revitalisation de la penderie : Combien de vêtements trainent dans votre penderie parce qu’ils ont été achetés sur un coup de foudre?  Combien de combinaisons pouvez-vous faire avec vos vêtements?  Avez-vous les bons ratios de pièces essentielles?  Donnez un souffle nouveau au contenu de votre garde-robe grâce aux conseils d’Isabelle. Vous ferez d’abord le tri des vêtements, éliminerez les pièces qui vous encombrent et redécouvrirez les possibilités de certaines autres. En bout de ligne, vous aurez une liste : des combinaisons possibles avec vos vêtements actuels (et vos futurs achats), des essentiels à vous procurer pour que votre garde-robe convienne à votre style de vie.

Magasinage personnalisé (2 volets possibles)…

Accompagnement : Vous avez besoin de conseils pour apprendre à magasiner efficacement?  Vous désirez magasiner avec quelqu’un qui vous donnera un avis franc sur vos essais et ressortir du magasin avec ce qui vous va vraiment bien? Ce service comprend une brève entrevue afin qu’Isabelle puisse déceler vos besoins et votre réalité. Ensuite, elle vous accompagne dans les boutiques afin de vous conseiller pendant votre opération « shopping ».

Clé en main : La solution magasinage parfaite pour celles qui n’ont pas le temps de magasiner!  Isabelle vous rencontre, discute avec vous afin de comprendre ce dont vous avez besoin, une entrevue qui lui permettra de magasiner pour vous et vous proposer des vêtements et accessoires sélectionnés pour vous. C’est l’option qui vous permettra de réaliser une garde-robe où les pièces se coordonnent entre elles. En résumé, vous aurez l’impression d’avoir beaucoup plus de vêtements puisque les ensembles possibles seront très nombreux. À l’issue du processus, vous économisez sur vos achats puisque ceux-ci sont judicieusement sélectionnés afin que vous puissiez jouir d’une penderie durable où règne la variété.

Les raisons de recourir aux services d’ID de Style sont nombreuses.

  • Vous occupez un nouvel emploi et avez besoin d’une penderie professionnelle qui allie confort et élégance.
  • Vous avez perdu beaucoup de poids et vous désirez vous récompenser à la mi-parcours ou à l’atteinte de votre objectif en vous offrant une garde-robe réalisée à partir de votre nouvelle réalité.
  • À l’inverse, vous avez un gain de poids et vous avez besoin de conseils pour choisir des vêtements qui vous mettront en valeur et vous donneront confiance en vous.
  • Vous achetez des vêtements au gré de vos émotions, mais vous avez l’impression que votre garde-robe est dépareillée et difficile à agencer.
  • Vous avez besoin de faire une transition dans votre vie. Vous avez vécu une période difficile (dépression, deuil, séparation) et vous avez besoin d’un changement de look pour mieux vivre cette transition?
  • Pour économiser en bénéficiant d’un magasinage plus efficace. Des vêtements bien choisis, des tissus dont l’entretien conviendra à votre emploi du temps… bref, une garde-robe pensée et conçue juste pour vous.

0020 copieDiplômée de l’agence Les Effrontés, Isabelle Dubé possède toutes les qualifications nécessaires pour optimiser votre magasinage, mais aussi, elle a ce « je-ne-sais-quoi » qui la rend sympathique dès le premier contact. Croyez-moi : vous n’hésiterez pas à lui confier l’intimité de votre penderie puisqu’elle vous conseillera avec tout le respect du monde sans jugement et avec beaucoup de plaisir. Sa voix douce et son désir d’aider les gens lui confère cette aura de confiance digne de son métier. Vous lui confierez vos états d’âme avec la certitude profonde qu’elle saura revamper votre garde-robe exactement comme vous le désirez. Isabelle Dubé, styliste et propriétaire d’ID de Style, maîtrise à la perfection l’art de jouer avec les vêtements pour sublimer votre penderie. C’est aussi une  meilleure amie avec laquelle vous aurez tout le plaisir du monde à magasiner!

ID de Style: Isabelle Dubé, styliste personnalisée. 418.868.2121. iddestyle@gmail.com

Crédit-photos: merci à Isabelle Dubé de m’avoir fourni tous les clichés qui accompagnent cet article!

Des tortillons de bijoux créatifs!

« Oh maman, c’est beau tes tortillons avec les boutons pleins de couleurs! ». C’est ainsi que fût nommée l’entreprise de Jessica Dubé-Bernier, Boutons et Tortillons. Une phrase d’émerveillement lancée par son fils Louka, alors âgé de 4 ans. Petite crapule qui a du flair puisqu’aujourd’hui, près de 850 admirateurs aiment sa page Facebook et ses créations gagnent en popularité. Boutons et Tortillons, c’est un service de confection de bijoux personnalisés. Des colliers, boucles d’oreilles, bagues, bracelets, barrettes, serre-têtes pour adultes ou pour enfants aux couleurs éclatantes, dotés d’une signature particulière.

Tout a commencé en 2011. Pour le plaisir, elle confectionne quelques boucles d’oreilles pour elle-même parce qu’elle a envie d’avoir des bijoux exclusifs, qui se distinguent des modèles offerts en magasin. Son âme d’écolo lui murmure d’utiliser des boutons. La réaction de ses pairs est instantanée : mais où as-tu trouvé ces boucles d’oreilles? La question qui lui fit confectionner de nouveaux bijoux, mais cette fois-ci, pour ses amies. Le bouche-à-oreille fit son œuvre et les demandes se firent plus nombreuses et variées : des colliers, des bracelets… Elle s’affiche sur Facebook et la popularité fût telle qu’en décembre 2012, sa passion se transforme en entreprise. De son atelier à Témiscouata-sur-le-Lac, secteur Notre-Dame-du-Lac, ses tortillons voyagent jusqu’à St-Constant, dans une boutique-fleuriste qui vend ses créations.  Plusieurs propositions sont sur la table, mais elle craint de perdre cette liberté qui préserve son plaisir de créer. Peut-être un jour…

12248501_10153434473103645_933279650_o (1)Présentement, elle se réserve une journée de création par semaine (elle travaille à temps plein). L’inspiration est au rendez-vous au diapason des couleurs tendances de la saison, les idées s’installent et ses doigts de fée s’affairent à manipuler les fils d’aluminium, les boutons neufs ou recyclés, les billes de toutes sortes, des pièces de verre, de cristal, d’acrylique, de bois ou de résine. Fleurs, papillons, logos Harley Davidson… Ses « bulles » de créativité la mènent, à chaque fois, vers la conception d’un bijou unique. Chaque modèle a sa particularité, s’avère une œuvre d’art à porter sur soi. Elle aime construire et déconstruire, créer et recréer. Ses bijoux dépassent le statut d’accessoire, ils deviennent un vêtement, une œuvre qui attire les regards! Ses pièces préférées sont colorées et adoptent un style très bonbon. Elle affectionne aussi ses bijoux plus classiques, mais surtout, elle aime faire du « sur mesure » au gré des demandes de ses clientes.12235684_10153434470063645_740174249_o

Boutons et Tortillons vous propose des bijoux exclusifs qui ont un style unique. Les prix sont aussi très abordables : des boucles d’oreilles dont les prix varient entre 3 et 7 dollars et des colliers entre 22 et 25 dollars. C’est peu payer pour obtenir un bijou créé avec passion, juste pour soi!   Et, avec le temps des fêtes qui s’amène, vous saurez sûrement trouver, avec la sélection de son atelier, la barrette coquette ou le collier sublime qui deviendra LA trouvaille parfaite!

Contactez-là via sa page Facebook : Boutons et Tortillons. Vous verrez, ils sont magnifiques les tortillons pleins de couleurs de maman Jessica!

 

BD-Photo: La vie kamouraskoise d’Émilie Rondeau!

erondeau_nb_carre-300x300

©Emilie Rondeau

Née à St-Hyacinthe en 1979, Émilie Rondeau s’est entichée de la nature du Kamouraska où elle vit et travaille maintenant, plus précisément à Rivière-Ouelle. Elle est la fière détentrice d’un Baccalauréat à l’Université Concordia (2004) et d’une Maîtrise en arts visuels du Nova Scotia College of Art and Design (2006). Émilie Rondeau utilise différents médiums et réinvente notre perception du paysage : photographies, impressions numériques, vidéos ou installations, peinture abstraite…  Certaines de ses œuvres d’arts sont intégrées à l’architecture de certains bâtiments (Vocalises d’une baleine à cordes sur le bâtiment de l’EMAC et d’autres sont éphémères (la grange située à l’entrée ouest de Rivière-Ouelle, emballée pour les Journées de la Culture en 2014).

Son plus récent projet est BD Photo.  Pendant les 12 mois de l’année 2014, Émilie Rondeau s’est investie à saisir des moments sur le vif à l’aide de sa caméra. Des petits et grands moments de la vie, de sa famille et de la communauté kamouraskoise photographiés au fil des mois. Elle en a fait une sélection judicieuse afin de les assembler tel un roman-photo. Et le résultat se veut un récit photographique ouvert à l’interprétation de chacun, de la façon la plus poétique qui soit.

14er2014laculturesemballe-848x636

©Emilie Rondeau

De la blanche froideur des paysages de janvier à mars à avril, où la verdure et les cornets de crème glacée sèment une note d’espoir pour le retour d’un peu de chaleur orangée. De mai à août, on passe par la cabane à sucre, les prières, le son de la rivière qui coule et les fleurs qui se déploient.  Vient ensuite le retour de l’automne avec ses citrouilles et le retour des grands projets jusqu’à décembre où l’habit rouge du Père Noël vient colorer l’arrivée de la nouvelle saison. Chaque photo se lie à celles qui l’entourent pour nous révéler une part de notre vie à nous. Un portrait de notre quotidien au fil des saisons dont la couleur peut varier, selon le regard que l’on y porte.

Bien entendu, ces vignettes mettent en valeur les paysages de la région du Kamouraska : la nature en hiver, les églises, les patinoires, les maisons, les pistes de ski, les boisés et le fleuve, des panoramas incroyables, la rivière…  Mieux vaut prendre le temps de la feuilleter puisqu’il y a, à chaque fois, un aspect qui retient notre attention. Et, non seulement, il est possible de consulter cet ouvrage sur le site internet d’Émilie Rondeau, mais il est également possible de l’imprimer afin d’en conserver un souvenir, un aspect de l’œuvre qui saura plaire à ceux qui affectionnent particulièrement la région du Kamouraska. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’elle a décidé de le publier en ligne.

Consultez le BD Photo d’Émilie Rondeau, ne serait-ce que par curiosité : vous saurez vous y reconnaître et, bien sûr, vous émerveiller devant la beauté des clichés assemblés. Mon mois préféré? Celui d’octobre qui respire d’inspiration, de vie et de projets : les récoltes, l’art, la musique, la couture, les paysages colorés, les feuilles d’automne….  Des couleurs orangées, du jaune, du rouge, du bleu, du vert…  Bien que ce soit le mois où l’on dit définitivement aurevoir à la chaleur de l’été, elle le représente comme un appel à la vie et à l’action… Bref, c’est la saison pour jouer dehors et faire le plein de grand air!

Profitez de l’occasion également pour visiter les autres sections du site Émilie Rondeau – Arts Visuels et laissez-vous intriguer par son art public et ses projets débordant d’originalité.

Marie-Josée Gagnon: rencontre avec une artiste passionnée!

11051858_384563901750397_91655534845409560_oIl y a des rencontres que l’on peut qualifier d’exceptionnelles! Je peux vous affirmer que ce qui devait être un bref entretien avec l’artiste Marie-Josée Gagnon fût une agréable discussion d’une durée de 2 heures où, de part et d’autres, chacune avait quelque chose à apporter à l’autre! Un échange, voilà ce qui s’est passé en cette soirée de novembre où, bien que grippée, elle me fit le plaisir de m’accueillir dans son atelier. Cette vaste pièce, même vide, respire la vie!

Des tables y sont disposées afin d’accueillir les élèves qui participent à ses ateliers libres et, autour de celles-ci, les murs sont parsemées de toiles réalisées par Marie-Josée. L’autodidacte artiste s’est dotée de plusieurs cours, dont certains dans la grande métropole, afin de parfaire ses techniques, mais le gros du travail, elle l’a fait par elle-même. Par passion. Par besoin. Un besoin de peindre qui la tenaille depuis 2001 où elle établit sa première boutique de matériel d’art et son premier local de cours sur la rue Lafontaine à Rivière-du-Loup.  P1040954 (1)

Au fil des années, et quelques changements d’adresse, elle s’est bâtie une clientèle issue de plusieurs milieux. Des personnes de tous les âges (enfants, adolescents, adultes) pour ses ateliers de peinture, des entrepreneurs pour ses vitrines et ses toiles décoratives et un public très large qui s’approprie des œuvres signées Gagnon. Depuis 9 ans, elle vit (ou presque) de son art, mis à part deux journées par semaine où elle occupe un emploi visant à assurer sa sécurité monétaire. Un véritable exploit de vivre de l’art à Rivière-du-Loup?  Si elle l’accomplit, c’est en grande partie grâce à son dynamisme contagieux. Elle aime collaborer au succès des autres et vice-versa.

15914_381898568683597_1266094365579814360_n

D’ailleurs, ses ateliers sont libres, ce qui permet à chaque participant d’y trouver son compte et d’évoluer à son rythme. Le processus est simple : vous trouvez un projet à réaliser à partir d’un patron ou d’une photo et vous vous inscrivez à une des 6 plages-horaires de 3 heures disponibles dans la semaine. Zéro engagement : la formule est simple! Vous décidez du rythme et du nombre de vos présences, point final. La clé à la réussite de ses ateliers réside justement dans cette liberté qui ouvre les portes à la création! Le rôle de Marie-Josée est de vous guider, de vous accompagner dans votre démarche, étape par étape. Vous pouvez même vous procurer, dans les boutiques spécialisées en art décoratif – dont la boutique Chez Suzan à Rivière-du-Loup- ses patrons qui sont publiés par Il était une fois. Il s’agit de guides écrits et illustrés dans la formule « pas à pas » pour que vous puissiez reproduire certaines de ses œuvres.

P1040952Du côté de ses créations, elle utilise une grande variété de médiums et de supports : des fenêtres de style antique arborées de peinture au vitrail, des toiles contemporaines où se côtoient acrylique, peinture vitrail, résine et argile, des représentations plus figuratives de styles différents… C’est ce qui la caractérise : la variété! Elle  refuse de se laisser encadrer dans un créneau.  Elle est une artiste libre et heureuse de peindre ce qui l’inspire.

FB_IMG_1447593919641Ces jours-ci, elle a la tête dans les flocons et les bonhommes de neige! Elle  réalise divers contrats de décoration de vitrines dans les commerces de la région ! Meubles Réal Levasseur, Simply for Life, Le Restaurant St-Patrice, Via Capitale font partie de ceux qui ont fait appel à sa main professionnelle pour créer une ambiance des fêtes dans leur vitrine.  De plus, elle attend avec fierté la parution de magazine Coup de Pinceau de janvier 2016 où y sera publié un patron qu’elle a créée elle-même.

D’un projet à l’autre, Marie-Josée Gagnon récolte présentement ce qu’elle sème depuis 13 ans. Son style est reconnu et ses œuvres ont gagné le cœur des amateurs d’art. Elle caresse encore de nombreux projets et c’est ce qui l’anime! Vous désirez vous procurer l’une de ses œuvres ou encore, participer à ses ateliers?  Vous pouvez la contacter au 714-0276. Son atelier est situé au 57, rue St-Henri à Rivière-du-Loup. Vous pouvez également la suivre sur Facebook où elle publie ses dernières réalisations : Artiste Peintre Marie-Josée Gagnon.

Voilà qui résume les grands titres de notre conversation… J’aurais pu vous dresser un portrait chronologique de sa carrière, vous dire qu’elle est née à Pohénégamook en 1977 et énumérer des chiffres de ses ventes, du nombre d’ateliers réalisés, etc., mais je crois qu’un tel portrait ne lui aurait pas ressemblé.  J’ai préféré vous dessiner, en mots et couleurs, cette magnifique rencontre que j’ai faite un jeudi soir, avec une artiste fascinante qui voit le monde avec un regard que seule une grande artiste peut posséder. Longue carrière à Marie-Josée Gagnon!

P1040949

Crédit photos: Certaines de ces photographies sont tirées de la page Facebook de Marie-Josée Gagnon (avec son autorisation, bien entendu),

Del Sol – des créations artisanales signées Marisol Dionne!

Samedi dernier, en visite dans ma région natale, je fis un crochet à St-Elzéar-de-Témiscouata afin de revoir la charmante Marisol Dionne. Je l’avais croisée brièvement lors du Marché du Parc de Témiscouata-sur-le-Lac en août dernier et je m’étais procurée quelques-uns de ses savons artisanaux. Elle m’accueillit avec le sourire dans sa demeure chaleureuse aux accents rustiques. C’est en ce lieu inspirant, situé au cœur de la nature témiscouataine, qu’elle crée ses produits avec beaucoup de passion!

FB_IMG_1446952791827J’ai connu Marisol Dionne alors qu’elle était âgée de 14 ans et, 20 ans plus tard,  je reconnais encore cette jeune fille souriante qui répandait autour d’elle une onde de zénitude naturelle. Malgré ses études en graphisme, je ne l’aurais jamais imaginée confinée dans une tour à bureau en proie à la pression des dates de tombée du monde publicitaire. Non, je voyais plutôt Marisol sur une terre, entourée de verdure et de paix, de bonheur et d’art et surtout, je la voyais créatrice de son propre gagne-pain. Je la voyais tout simplement… créatrice! Et heureusement pour elle, et pour nous, cela semble bien la voie qu’elle s’est dessinée.

Les débuts de Del Sol

©Del Sol

Tout a commencé il y a 4 ou 5 ans, lorsqu’une amie et artiste savonnière, quittant la région du Témiscouata, lui fit le magnifique cadeau de lui apprendre comment confectionner ses propres savons. Son mentor avait du flair de lui confier son savoir-faire puisque Marisol en fit un art à part entière. D’abord pour gâter ses proches, son intention première, puis ensuite, pour répondre à la demande de ceux ayant eu vent de la qualité de ses produits. Elle se mit donc à créer différents savons et se lança dans ce projet où se rejoignaient ses principales cordes : le graphisme, l’herboristerie et son amour des huiles essentielles. Et voilà: la signature Del Sol était née!  Aujourd’hui, son savon du pays, ses savons aromatisés, ses bombes de bain, ses parfume-tiroirs (des petits paquets de retailles) et ses sacoches font partie de ses principaux vendeurs.

Les savons

©Del Sol

Le savon du pays est un savon rustique fabriqué à partir de gras animal pouvant servir à de multiples usages, notamment comme détachant. Ses savons aromatisés se déclinent en  25 à 30 variétés et sont créées à partir d’huiles végétales ou de beurres végétaux, d’eau et de soude caustique (hydroxyde de sodium). À cela s’ajoutent des huiles précieuses, de l’argile ou des huiles essentielles,  parfois même du beurre de karité, de l’aloès, du lait d’avoine. Et bien entendu, chaque savon a ses propriétés… Par exemple, son Bébé Doux sans parfum est dédié aux enfants ou aux peaux sensibles, son Charbon ou son Mélaleuca sont très efficaces pour les peaux acnéiques. Son préféré?  Le Sous-bois, un savon dont elle a créée la recette à partir d’argile rhassoul en provenance du Maroc.

Les sacoches 

FB_IMG_1446952860294

Aux produits de la savonnière s’ajoutent également ses superbes sacoches, mini-sacoches pour fillettes ou ses sacs à couches faits à la main à partir de matériaux recyclés et de retailles de tissus. Doublées avec des pochettes intérieures, elles sont très jolies, lavables à la machine, pratiques et… uniques! De plus, ces œuvres sont collectives puisqu’elle y ajoute des dessins de plantes médicinales sérigraphiés par Les Bêtes d’Hier, un collectif de jeunes femmes de Montréal, ainsi que des boutons en céramique réalisés à la main par Érica Mimosa, une céramiste du Kamouraska. Certains patchworks sont également créés par Eloïse René de Cotret, une artisane du Témiscouata. À noter que les sacs à couche sont dessinés afin d’obtenir un look passe-partout qui prolonge son utilité au-delà de la maternité! Les pièces sont disponibles à des prix variant entre 25 et 40 dollars : un prix vraiment très abordable pour une pièce artisanale de conception unique. Elle en est maintenant à sa 93e création!

Les produits Del Sol, des produits naturels, écolos et locaux vous seront offerts lors de la 7e édition du Salon des Artistes et Artisans du Témiscouata qui se tiendra les 13, 14 et 15 novembre au Centre Communautaire de Dégelis. Marisol se fera un plaisir de vous présenter ses dernières créations, incluant ses porte-savons faits à la main à partir de branches de hart rouge. Décidément, elle a plus d’un talent dans son sac!

FB_IMG_1446952876710Elle sera exposante à ces événements:

-Salon des Artistes et Artisans du Témiscouata : Centre Communautaire de Dégelis, 515, rue de la Briquette à Dégelis. Entrée : 3$, gratuit pour les 12 ans et moins. Consultez la programmation complète en cliquant ici:  Salon des Artistes et Artisans

Vendredi 13 novembre : 16h à 21h.

Samedi 14 novembre : 10h à 21h.

Dimanche 15 novembre : 10h à 17h.

– Marché de Noël écologique de Terra Terre: La Vigie, 260, rue Caron, St-Jean-Port-Joli.  Visitez le site de Terra Terre pour tous les détails.

Samedi 5 décembre: 10h à 18h.

Dimanche 6 décembre: 10h à 17h.

Adhérez à la page Facebook de Del Sol pour suivre ses actualités.

*Crédit-Photos:  La plupart des photographies de cet article sont issues et publiées avec l’autorisation de Del Sol.

Myriam

20150926_082220Je vous présente Myriam! Douce moitié de mon frère depuis déjà 17 ans, je lui dois beaucoup de mes essais artistiques. En effet, celle que j’appelle affectueusement « Myam » m’inspire énormément, puisque chaque fois que je reviens d’une visite dans leur chaleureuse demeure située à Québec, j’ai le goût de faire de la peinture, d’essayer de nouveaux médiums, d’oser un peu plus loin dans la pratique de mon art. Notre dada? Une petite virée chez De Serres entre belles-sœurs qui nous fait souvent mal au portefeuille… mais tellement de bien à l’âme!

Elle peint et dessine depuis longtemps, sa mère lui ayant brillamment transmis sa passion pour les crayons et les pinceaux. Son médium de prédilection, c’est l’huile, mais aussi la peinture vitrail, les techniques mixtes de tous genres et les expérimentations spontanées! Ses toiles ont beaucoup de texture. Elles ne sont pas seulement belles à l’œil, mais aussi agréable au toucher : du relief, des collages, des matériaux inusités, des mélanges, Myriam est une artiste chimiste! Elle aime laisser les matériaux travailler ensemble et constater le résultat de ces amalgames audacieux.

20150926_084026Elle possède également un style, un univers qui lui est propre : des personnages fantastiques, des dragons, un style vampirique, à la fois « dark » et très intense! Pas de couleurs pastels, rien dans la douceur, aucune mièvrerie, mais du noir, du rouge, des lignes franches, de la laque, des contrastes…

Et elle a de l’humilité à revendre! Elle rougit lorsqu’on lui dit que ses œuvres sont magnifiques et qu’elle devrait les mettre en vente. Peut-être est-ce aussi parce qu’elle y met une grande partie d’elle-même, qu’elle s’attache à ses œuvres et n’arrive pas à s’en départir? Peut-être un jour, osera-t-elle déployer les vannes de son immense talent pour le partager avec l’humanité? Je vous le souhaite! En attendant, moi je m’abreuve de sa créativité et, avec sa permission bien sûr, je vous présente quelques-unes des réalisations de l’Artiste (avec un grand A) : Myriam Sirois.